Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Rallye Monte-Carlo: Sébastien Ogier en tête

Sébastien Ogier (Volkswagen Polo-R) a pris le pas sur son compatriote Bryan Bouffier lors de la 2e journée du 82e Rallye Monte-Carlo, 1re manche du Championnat du monde des rallyes (WRC). Quant au Neuchâtelois Jérôme Geiser et son co-pilote Pascal Delapraz, ils terminent à la 39e place à 7'26''.

17 janv. 2014, 21:29
Le Français Sébastien Ogier, ici après une étape australienne du WRC, en septembre 2013.

Vendredi soir à Monaco, Ogier devançait son compatriote Bryan Bouffier (Ford Fiesta RS) de 51'', alors qu'il était 4e en partant de Gap le matin, à 47'' du pilote de la Drôme.

"On a fait les bons choix de pneus et on a pu attaquer plus fort qu'hier. Bryan fait un très beau rallye et il va falloir continuer à garder un bon rythme pour rester devant", a dit Ogier à Digne-les-Bains, lors du dernier regroupement de cette journée-marathon.

Puis le champion du monde a encore creusé l'écart avec Bouffier dans les 25 km de l'ES11 disputée entre chien et loup, à la lueur des rampes de phares, entre Clumanc et Lambruisse. De quoi aborder plus sereinement la dernière journée, samedi, et les quatre dernières spéciales (ES12 à ES15) dont deux passages dans le fameux col de Turini, derrière Nice.

C'est un tête-à-queue de Bouffier, encore en tête à midi avec 35'' d'avance sur Ogier, qui a permis au champion du monde de passer en tête. C'était dans l'ES9 (Vitrolles-Faye 2, 49 km), la spéciale la plus longue du rallye. Mais pas de quoi casser le moral de Bryan, toujours aussi positif lors du regroupement de Digne-les-Bains:

"C'était une super journée, mais il reste un sacré morceau, de nuit en plus. J'ai fait un tête-à-queue et j'ai perdu un peu de temps. Mais on s'amuse bien et j'ai pu faire un temps scratch, donc ça fait plaisir. Le choix des pneus était un peu compliqué, mais dans l'ensemble tout le monde a fait la même chose".

Le temps scratch de Bouffier, à la régulière face à Ogier, c'était le matin dans l'ES8 (Selonnet-Bréziers, 22 km), pour deux dixièmes de seconde. Une spéciale qui aurait pu se terminer par un drame, comme l'a raconté Ogier à midi:

"La sécurité était nulle à c... Le point stop (pour le pointage du copilote) était à 150 m de l'arrivée" du secteur chronométré et "on arrivait lancé, à 180 km/h, avec zéro adhérence, sur une route mouillée, donc on n'avait pas le temps de s'arrêter et il a fallu aller dans un champ pour éviter de tuer 15 personnes, en gros", a expliqué le héros local.

C'est la première fois depuis 1994, et le duel entre François Delecour et Didier Auriol, que deux Français se bagarrent en tête du Monte-Carlo. Et comme c'est le Monte-Carl', avec des prévisions météo effrayantes pour samedi, tout est encore possible.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias