Rabais sur les primes maladie: la protection des données est peu respectée en Suisse

Recevoir un rabais d’une caisse-maladie contre vos données de santé? La pratique est de plus en plus courante. L’association alémanique de protection des consommateurs demande aux assurances de revoir leur système en se limitant aux assurances complémentaires.
25 nov. 2021, 10:30
/ Màj. il y a 9 jours
L'app de la caisse maladie Sanitas a obtenu les plus mauvaises notes de l'enquête de la SKS.

Les caisses-maladie offrent de plus en plus des rabais à leurs clients si ces derniers acceptent en échange de fournir leurs données de santé. L’association de protection des consommateurs Stiftung für Konsumentenschutz (SKS) a examiné cette tendance et tire la sonnette d’alarme.

Elle donne la pire note au système de rabais mis en place par Sanitas, indique-t-elle jeudi dans un communiqué. Les utilisateurs de son application transmettent des données détaillées telles que le rythme de sommeil ou leur fréquence cardiaque.

Helsana accorde des rabais indirects pour l’assurance de base si les assurés font du sport ou ont une activité physique importante. Ceux qui n’ont aucun intérêt à le faire sont discriminés. SKS juge la pratique illégale.

Limité aux complémentaires

De plus, ces systèmes de rabais foulent aux pieds le principe d’une assurance de base sociale. CSS, Swica, Concordia et Visana ont elles limité leur système de rabais aux assurances complémentaires.

L’application de la CSS reçoit le moins de critiques. La protection des données est bonne. Les offres de Swica, Concordia et Visana figurent un peu en dessous de la moyenne. La protection des données est jugée insuffisante chez les deux premiers assureurs.

SKS demande aux caisses maladie de revoir leur système de rabais: ils doivent se limiter aux assurances complémentaires et respecter les règles de la protection des données.