Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Quand la bureaucratie tue les énergies vertes

Eolien, hydroélectrique, photovoltaïque… que de projets bloqués, abandonnés ou retardés dans les méandres des procédures.

29 mai 2010, 13:26

Vert, couleur du cauchemar. Pour certains en tout cas. Car si les projets de d?veloppements d'?nergies renouvelables fleurissent, c'est souvent uniquement dans les t?tes. Passer ? la phase concr?te est plus d?licat en raison des oppositions ou des difficult?s administratives. Quelques exemples ? la veille d'un d?bat fleuve au Conseil national sur la loi sur le CO2.

Hydraulique

La Suisse est assise sur un tas d'or? bleu. L'?nergie hydraulique permet d?j? de produire plus de la moiti? de l'?lectricit? en Suisse. Mais les nouveaux projets se heurtent aux int?r?ts des p?cheurs et des d?fenseurs de la nature. ?C'est d?courageant?, d?plore Steve Caloz, directeur de Telsa. Cette entreprise valaisanne est sp?cialis?e dans les minicentrales hydro?lectriques. ?Avant m?me une mise ? l'enqu?te, nous devons r?aliser une notice d'impact sur l'environnement. Souvent, ?a ne suffit pas et il faut des ?tudes compl?mentaires sur ci ou ?a. Toutes ces d?marches administratives prennent du temps, co?tent de l'argent et peuvent plomber un projet?, explique Steve Caloz. Telsa travaille essentiellement avec les communes. A Saint-Jean, par exemple, une de ses installations fournit de l'?lectricit? ? 200 m?nages. Le surplus est vendu. ??a rapporte quinze francs de l'heure ? la commune!? avoue Steve Caloz.

Solaire

Grosse liste d'attente pour b?n?ficier du soutien f?d?ral, soit la fameuse r?tribution ? prix co?tant (RPC), opacit? de la proc?dure et des structures, difficult?s dans l'obtention des permis de construire lorsqu'on touche au patrimoine, puis pour se connecter au r?seau. M?me les plus ardents d?fenseurs du solaire avouent qu'il leur arrive de s'arracher les cheveux. ?Les difficult?s li?es ? la RPC m'ont fait perdre tous mes clients?, regrette Jean-Christophe Hadorn, ing?nieur sp?cialis? en ?nergie solaire. La situation devrait normalement s'am?liorer l'ann?e prochaine, avec une augmentation de l'enveloppe destin?e au solaire. Le march? devrait alors b?n?ficier d'un coup de fouet. Mais Alexandre Closset, directeur de Flexcell, qui produit des cellules solaires, soul?ve un autre li?vre: les restrictions impos?es par la pr?vention contre les incendies. ?Pour que les toits correspondent aux normes, on demande de diminuer la surface destin?e ? la pose de panneaux. Mais moins il y en a, moins c'est rentable?, constate-t-il.

Jean-Christophe Hadorn pointe ?galement les disparit?s communales. ?Certains villages se trouvent tellement beaux avec leurs tuiles sur les toits qu'ils ne veulent pas entendre parler de panneaux solaires. Dans ces cas-l?, j'abandonne pour ne pas perdre de temps dans de longues proc?dures?, explique le sp?cialiste.

Eolien

Entre 300 et 400 projets de parcs ?oliens sont dans l'air! Mais combien y en aura-t-il au bout du compte? Les ?cologistes soutiennent cette source d'?nergie, mais pas au d?triment du paysage et de la faune. Ancien directeur du WWF, Philippe Roch parle d'une ?peste?. Dans le canton de Fribourg, le projet du Groupe E au Schwyberg est bloqu? par onze oppositions. Actuellement, les promoteurs attendent les r?sultats d'une ?tude confi?e ? la Station ornithologique de Sempach sur les routes migratoires. La r?sistance s'organise dans l'Arc jurassien. Dans le canton de Vaud, le projet d'Eoljoux suscite aussi l'opposition des organisations de protection de l'environnement, soucieuses de pr?server un site class? ? l'Inventaire f?d?ral des paysages.

B?timents

En Suisse, pr?s de deux millions de b?timents devraient ?tre r?nov?s. Une bonne occasion pour am?liorer le bilan ?nerg?tique du parc immobilier. Surtout que depuis cette ann?e, et pour dix ans, les propri?taires se partageront une manne f?d?rale de pr?s de trois milliards. Du travail en perspective, mais aussi de la paperasserie administrative. Pour Pierre Chuard, ing?nieur, actuellement, c'est d?j? Moscou! Le directeur de Sorane, soci?t? sp?cialis?e dans la rationalisation ?nerg?tique, fait r?f?rence au label ?Minergie?, subventionn? par certains cantons. ??a d?pend des endroits, mais la mode, c'est de contr?ler, de faire recontr?ler puis de mandater encore un expert ext?rieur pour ?tre s?r. ?a nous prend beaucoup de temps?.

Les normes usuelles ne sont pas plus tendres avec les b?tisseurs. Charles Weinmann, dont l'entreprise, Weinmann-Energies, emploie 50 personnes ? Echallens, donne un exemple: si on ne touche pas au volume d'un b?timent, ?a va. Par contre, il arrive que l'?paisseur de l'isolation ?l?ve la toiture ou alors diminue de plusieurs centim?tres la distance avec la construction voisine. La s?paration doit ?tre de quatre m?tres. Si elle n'est plus que de 3m80, je fais une demande d'autorisation ? la commune?. Pour ?viter ce genre de d?marches, les lib?raux-radicaux zurichois ont lanc? une initiative contre la bureaucratie inutile lorsqu'il est question d'assainissement des b?timents. Pr?s de 10 000 personnes l'ont d?j? sign?e. /MAG

Votre publicité ici avec IMPACT_medias