Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Provocateur, Martin Landolt?

Le président du PBD a relayé sur internet une image de la croix suisse changée en croix gammée. Une démarche jugée contre-productive par les adversaires de l’initiative sur le renvoi.

17 févr. 2016, 01:43
Martin Landolt, president du parti bourgeois democratique, PBD, parle lors de l'assemblee des delegues du PBD, Parti Bourgeois Democratique Suisse, BDP, ce samedi 20 octobre 2012 a Neuchatel. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott) SCHWEIZ DELEGIERTENVERSAMMLUNG BDP

Le président du PBD Martin Landolt ne s’attendait pas à autant de réactions quand il a relayé sur twitter l’image d’un drapeau suisse détourné en croix gammée afin d’illustrer son opposition à l’initiative de l’UDC sur le renvoi des criminels étrangers. La provocation n’a pas atteint l’objectif souhaité. Au lieu de susciter une discussion critique sur l’initiative, elle a provoqué un débat sur les méthodes de communication politique. Et là, de l’avis général, un pas de trop a été franchi. L’affaire a même conduit la Vaudoise Christine Bussat, fondatrice de l’association suisse Marche blanche et candidate malheureuse aux élections fédérales, à quitter le PBD avec effet immédiat.

Martin Landolt n’est pas l’auteur du montage controversé. Il n’a fait que relayer une affiche qui circulait depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Elle est l’œuvre d’un anglo-suisse, Werber Parvez Sheik Fareed, qui cherchait à exprimer son inquiétude pour le maintien de...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias