Protection des Animaux: des perchoirs matelassés pour le bien des poules pondeuses

Une étude menée par des scientifiques bernois indique que les perchoirs matelassés réduisent les fractures osseuses des poules pondeuses.

03 avr. 2015, 18:54
Les barres métalliques déforment les sternums des poules pondeuses.

Le phénomène a une ampleur certaine: entre 56% et 97% des volatiles subissent des fractures, notamment au sternum. Le changement de modèle de détention, qui est passé des petites cages aux volières plus spacieuses, n'a rien arrangé, augmentant au contraire le danger de chute et de collision, soulignent les chercheurs dans la revue spécialisée "Plos ONE".

L'équipe dirigée par Hanno Würbel de l'Université de Berne est partie du principe que les bris d'os découlaient avant tout des chutes sur les barres en métal. D'où l'idée de tester des perchoirs rembourrés sur plus de 2000 poules.

Résultat: les fractures se sont révélées moins fréquentes en moyenne avec cette méthode (15%) qu'avec les tiges de fer (22%). Les déformations du sternum se sont également faites plus rares. Mais ces bienfaits s'envolent après 64 semaines de détention: les deux catégories de problèmes touchent alors 30% des volatiles, peu importe le type de perchoirs.

Course à la ponte coupable

D'autres mesures s'avèrent donc nécessaires pour encore diminuer ces bris d'os. Les chercheurs citent notamment un meilleur aménagement des poulaillers, ainsi que l'élevage de poules au squelette plus robuste.

La course à la meilleure ponte possible provoque une perte en masse osseuse et affaiblit les os, selon les scientifiques. Les races hybrides, utilisées à but commercial, souffrent davantage de fractures que les races traditionnelles.