Plus que les fanatiques, les difficultés financières des médias pèsent sur la liberté de la presse

Après la tuerie de «Charlie Hebdo», la liberté de la presse est-elle menacée? Garantie dans la Constitution fédérale, c'est un fondement de la démocratie, rappelle Dominique von Burg, président du Conseil suisse de la presse.
09 janv. 2015, 06:30
Dominique von Burg, président du Conseil suisse de la presse.

En Suisse, a priori, la liberté de la presse n’est aujourd’hui pas menacée par des fanatiques de tout bord. «Pas directement non. Ce qui, à mon avis, la met à mal, ce sont des problèmes de nature économique», estime Dominique von Burg, qui relève que les médias ont des problèmes financiers. «Les journalistes sont surchargés. Ils ne peuvent plus bien faire leur travail actuellement. C’est moins spectaculaire que la liberté d’expression. Ça ne met en pas cause directement la liberté de la presse. Mais, si il n’y pas une presse de de qualité, elle ne remplira plus sa fonction dans une démocratie.  

Sujet complet dans nos versions payantes de vendredi.