Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Plaidoyer pour les camps de ski

«Le jour où l'école se limitera à dispenser des leçons traditionnelles, nous aurons beaucoup de problèmes.» Cette affirmation émane d'un directeur d'école au sujet du maintien ou non des camps de ski. Cet hiver, le débat fait rage dans le canton de Neuchâtel. Il résonne dans chaque foyer avec une constante: la suppression fait l'unanimité contre elle.

07 mars 2006, 12:00

«Le peuple a toujours raison», a-t-on coutume d'affirmer après une votation. Ici, c'est vrai, il n'y a pas de scrutin. Mais cela ne devrait empêcher aucun décideur d'écouter l'avis des élèves et les remarques des parents. Les camps de ski ne sont certes pas sacrés, mais leur existence est essentielle. Les raisons? Emotionnelles et impossibles à mesurer. Pêle-mêle, on peut évoquer l'intégration sociale, le partage, l'accès à un loisir de moins en moins accessible. Les camps de ski, c'est tout ça et bien plus. Avec le temps, ces semaines hors cadre sont devenues un ciment entre générations.

Prenez un groupe de Neuchâtelois. De quoi parlent-ils, une fois les commentaires sur la météo et la situation économique épuisés? De leurs souvenirs de camps de ski, ici à Zinal, là à Haute-Nendaz. Rarement, ils évoqueront la leçon de math durant laquelle ils ont découvert l'homothétie ou le bien-être procuré par la maîtrise du participe passé!

Mais la dimension sociale des camps de ski, dans le débat actuel, est beaucoup plus large. C'est un message que les adultes envoient aux plus jeunes. Personne ne conteste que l'organisation est difficile et que l'argent peut manquer. Mais on remarque aussi que ces camps dépendent pour une bonne part de la motivation de l'encadrement. Alors que l'on ne cesse de fustiger la passivité des jeunes, donne-t-on l'exemple en abandonnant par confort? Le message est plus mauvais encore, si l'on se réfugie derrière les «mesures d'économie» à la mode pour se justifier. Pour ce qu'ils ont apporté et apporteront encore, les camps de ski méritent que l'on se démène pour eux. / POb

Votre publicité ici avec IMPACT_medias