Pesticides: le canton de Berne demande l’interdiction immédiate du chlorothalonil

Alors que la Suisse devrait prendre une décision sur l’interdiction du chlorothalonil d’ici la fin de l’année 2019, le canton de Berne veut accélérer les démarches. Il demande que le pesticide soit banni immédiatement dans tout le pays.
04 déc. 2019, 09:56
Des résidus de chlorothalonil ont été détectés dans des captages d'eau du Seeland et de Haute-Argovie. (Illustration)

Le gouvernement bernois demande à la Confédération l’interdiction immédiate du pesticide chlorothalonil afin de protéger l’approvisionnement en eau potable. Cette substance est considérée depuis longtemps par l’Union européenne comme probablement cancérigène.

 

 

Dans un courrier au conseiller fédéral Guy Parmelin, le gouvernement bernois demande également l’interdiction de la vente et de l’usage de produits phytosanitaires contenant cette substance. Le canton constate qu’il arrive que des résidus de chlorothalonil soient détectés dans des zones d’agriculture intensive.

Interdite dans l’UE

Dans le canton de Berne, cela concerne en particulier des captages d’eau du Seeland. Déjà interdite dans l’Union européenne, cette substance potentiellement dangereuse pour la santé est toujours autorisée en Suisse, précise mercredi le canton de Berne.

A lire aussi : Pesticides: la décision d’interdire l’utilisation du chlorothalonil en Suisse sera prise d’ici fin 2019

Le mois dernier, les distributeurs d’eau du canton de Soleure ont adressé la même requête au Conseil fédéral. L’Union suisse des paysans a enjoint les exploitations agricoles de renoncer aux produits phytosanitaires contenant du chlorothalonil.