Neuchâtel et les Romands se profilent en matière d'innovation

L'EPFL, Neuchâtel et les cantons de Fribourg, Genève, Vaud et le Valais unissent leurs forces pour contribuer à la création d'un Parc national d'innovation (PNI). Ils entendent travailler en réseau et contribuer à l'attractivité de la Suisse.
07 août 2015, 13:32
Microcity comme pièce maîtresse de l'innovation romande.

Les cinq cantons de Suisse occidentale ont déposé ce vendredi un dossier de présentation de leur projet de pôle décentralisé de l'EPFL. Le réseau qu'ils entendent développer sera constitué de Microcity, à Neuchâtel, du Quartier de l'innovation et du Biopôle, à Lausanne, du Campus Biotech, à Genève, d'Energypolis, à Sion, et de la Blue Factory, à Fribourg.

Né de la volonté des Chambres fédérales, le projet de Parc national de l'innovation est appelé à créer une vitrine internationale et à renforcer la position de la Suisse sur la carte mondiale de l'innovation scientifique et technologique. Son but est d'attirer des entreprises suisses et étrangères ayant besoin de recherche de pointe, souhaitant développer de nouveaux marchés.

Les écoles polytechniques comme noyau

Les deux EPF seront les noyaux du réseau, qui comptera également des sites secondaires sélectionnés ultérieurement par la Conférence des directeurs de l'économie publique. Le parlement fédéral ratifiera l'organisation définitive du PNI en 2015.

En Suisse occidentale, l'EPFL joue un rôle central dans le système d'innovation, qui se nourrit aussi de la présence de quatre universités, de la plus grande HES de Suisse, de deux hôpitaux universitaires et d'instituts de recherche renommés comme le CSEM, à Neuchâtel, et le CERN.

Pour développer des relations de proximité entre l'EPFL et les acteurs académiques et économiques présents sur les différents sites, des structures de gouvernance locales seront créées sous la conduite de chaque canton.

Plus d'informations sur l'intérêt de ce réseau pour le canton de Neuchâtel dans L'Express et L'Impartial de samedi 29 mars.