Morgins (VS): pendant 15 ans, il a importé illégalement 68 tonnes de viande en Suisse

Un Cap-Verdien établi en France a importé, durant 15 ans, 68 tonnes de viande en Suisse, à coups de 100 kilos par semaine en moyenne. Il gagnait environ 6 francs par kilo. Mais il s'est fait pincer l'automne dernier à Morgins (VS), à la frontière franco-suisse. Il devra payer 1 million (!) de francs de redevances douanières.
12 janv. 2017, 09:54
Le contrebandier emportait une centaine de kilos de viande à chaque passage.

En 15 ans, son petit commerce illégal lui a rapporté un peu plus de 400'000 francs. Un Capverdien aujourd'hui âgé de 41 ans, installé en France voisine, faisait passer de la viande de France en Suisse. Mais, en août dernier, il s'est fait pincer par la douane dans le village de Morgins. Dans son coffre, 80 kilos de viande fraîche. Mais ce n'était que la pointe de l'iceberg.

L’Administration fédérale des douanes a mis fin à ses agissements. Cette forme de criminalité économique met également en péril la sûreté sanitaire de la population, la viande étant transportée dans un véhicule non réfrigéré.

Boeuf, porc, agneau, poulet

Et les quantités importées sont colossale:18 tonnes de boeuf, 11 tonnes de porc, 27 tonnes d’agneau et 12 tonnes de poulet, c’est le bilan des importations illégales révélés par l’enquête.

Lors des investigations, l’auteur a admis aux enquêteurs de l’antifraude douanière, avoir agi ainsi depuis de nombreuses années à une fréquence hebdomadaire. En moyenne, une centaine de kilos de produits carnés par passage était introduit en fraude sur le territoire helvé-tique à l’aide de véhicules non réfrigérés. Le bénéfice retiré peut être estimé à CHF 6 par kilo, soit au total plus de 400'000 francs. Quant aux destinataires de ces marchandises, il s’agissait de clients privés repartis dans toute la Suisse romande.

Le contrebandier devra s’acquitter des redevances douanières fraudées soit près d’un million de francs. Quant à la sanction pénale, au vu de la gravité des infractions commises, l’Administration fédérale des douanes va certainement demander à ce que l’auteur soit jugé par un tribunal.

par Olivier Hugon