Montreux-Vevey: la passerelle sur l’A9, détruite après un accident, doit être reconstruite «le plus vite possible»

Détruit après un accident, le pont enjambant l’A9, à Chailly, doit être reconstruit "immédiatement selon l’ATE. La passerelle était utilisée par de nombreux piétons, dont des enfants pour se rendre à l’école.
10 sept. 2019, 11:51
Selon l'ATE, la passerelle est utilisée par les piétons, notamment les enfants qui se rendent à l'école, les randonneurs et les cyclistes de la région.

Le remplacement de la passerelle démontée à Chailly (VD) ne devrait pas tarder. Une solution provisoire est attendue d’ici à un à deux mois, indique la commune de Montreux, alors que l’ATE Vaud donne de la voix et pose des exigences.

Sciée fin août après avoir été heurtée par un camion et son chargement circulant sur l’autoroute A9, la passerelle manque à beaucoup d’usagers. A l’instar des piétons, notamment des écoliers.

A lire aussi : Vaud: l’A9 entre Vevey et Montreux fermée dans les deux sens au moins jusqu’à mardi matin

Appui de l’OFROU

Réagissant aux exigences lancées mardi matin par l’Association transport et environnement (ATE Vaud), la commune de Montreux a fait le point de la situation. Municipal de l’urbanisme et des équipements publics, Christian Neukomm a rencontré le jour même des responsables de l’Office fédéral des routes (OFROU).

Après l’accident, l’OFROU a très bien réagi. Il est tout de suite entré en matière sur les demandes de Montreux et de Chailly, explique à Keystone-ATS le responsable. Une solution de remplacement provisoire devrait être mise en place «le plus vite possible, d’ici un à deux mois», avant de considérer une nouvelle passerelle pérenne, note M. Neukomm.

Réaction prompte

Dès le surlendemain de l’accident, la commune de Montreux s’est engagée à demander à l’OFROU de trouver une solution aussi rapide que possible, ajoute pour sa part Olivier Rapin, secrétaire municipal de Montreux.

En début de matinée, l’ATE Vaud avait exigé une reconstruction «immédiate» de la passerelle qui joue un rôle «absolument central» pour la mobilité douce locale. Sa disparition oblige à des détours sur des axes «fortement fréquentés par les automobilistes», déplorait l’association.