Micheline Calmy-Rey en mission d'explication

Au premier jour de sa visite officielle dans les Balkans, la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey s'est rendue hier à Sarajevo. Elle y a réaffirmé que la reconnaissance du Kosovo par la Suisse constitue un cas unique. Selon Micheline Calmy-Rey, il n'est pas possible de voir un parallèle avec d'autres cas dans la région, a indiqué hier le porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), Lars Knuchel, à l'issue d'une rencontre entre la conseillère fédérale et le ministre bosniaque des Affaires étrangères Sven Alkalaj.

28 mars 2008, 12:00

Après la déclaration unilatérale d'indépendance du Kosovo, suivie de sa reconnaissance par 33 Etats, les appels à la sécession se sont multipliés dans la République serbe de Bosnie, la Republika Srpska.

Cette dernière compose avec la Fédération Croate-musulmane la Bosnie d'après la guerre intercommunautaire qui a ravagé cette ex-république yougoslave de 1992-1995. Les deux entités sont unies par de faibles institutions centrales.

A Sarajevo, la cheffe du DFAE a souligné devant les médias que la Suisse souhaite poursuivre sa contribution à la stabilisation des Balkans. Elle a ajouté que Berne mène une politique de conciliation dans l'ensemble des Balkans occidentaux, selon Lars Knuchel. Micheline Calmy-Rey a assuré au gouvernement bosniaque que la coopération bilatérale restait une priorité. Selon Lars Knuchel, la Suisse donne chaque année à la Bosnie environ 23 millions de francs, principalement pour le système de santé publique, la sécurité et l'instauration de l'Etat de droit.

Les deux pays ont en outre convenu de renforcer leur collaboration au niveau multilatéral, notamment au sein de l'ONU ou du Conseil de l'Europe. Des consultations régulières d'experts ont été arrangées. Après l'entretien avec son homologue bosniaque, Micheline Calmy-Rey devait effectuer une visite de courtoisie au représentant serbe de la présidence tripartite bosniaque, Nebojsia Radmanovic, et à la Cour d'Etat.

La cheffe de la diplomatie suisse poursuivra son voyage qui s'achèvera lundi au Kosovo et en Macédoine, mais ne se rendra pas en Serbie. Depuis la reconnaissance du Kosovo par la Suisse, Berne entretient des relations tendues avec Belgrade.

A Sarajevo, Micheline Calmy-Rey a souligné l'importance de la Serbie pour la Suisse. «Une rencontre n'a malheureusement pas été possible cette fois-ci» mais la Suisse espère une rencontre «dans un futur proche», a-t-elle indiqué. /ats