Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Marignan ou le mythe du repli

Il y a 500 ans aujourd'hui, les Confédérés perdaient la bataille contre le roi de France. Elle symboliserait la naissance de la neutralité helvétique, en fait imposée en 1815.

14 sept. 2015, 08:38
data_art_9449444.jpg

En ce jour de 1515, il y a exactement 500 ans aujourd'hui, les troupes de François 1er, roi de France, infligent une cinglante défaite aux Suisses sur la plaine de Melagnano près de Milan. La bataille de Marignan scelle la fin des désirs d'expansion d'une partie des Confédérés d'alors. On évoque 9000 à 10 000 victimes suisses. Un chiffre conséquent pour l'époque. Au point que ce fait d'armes prend le nom de "bataille de géants".

"Pour la Suisse de l'époque, c'est évidemment un traumatisme, une crise morale, un tournant" , explique François Walter, professeur d'histoire à l'Université de Genève. "Jusqu'à Marignan, la Suisse était une société essentiellement guerrière. Elle glorifiait les aventures sur les champs de bataille."

Toutes les familles touchées

Là, les choses changent. "Toutes les familles importantes ont perdu un fils, un père. C'est un traumatisme" , relève François Walter. Notamment du fait que les victimes des combats...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias