L?ultime pique de Fust

18 avr. 2008, 12:00

Le chef de la Direction du développement et de la coopération (DDC), Walter Fust, a critiqué hier l'instrumentalisation de l'aide au développement à des fins politiques. Il a notamment rejeté les critiques concernant l'aide de la Suisse en Thaïlande après le tsunami.

Sur le plan international, l'aide au développement est souvent utilisée pour atteindre des buts de politique étrangère, selon Walter Fust. La Suisse n'est pas exempte de ce type de calculs, même si elle y recourt moins que d'autres pays, a souligné celui qui est le chef de la DDC jusqu'à fin mai.

Walter Fust a aussi critiqué les «agendas politiques cachés» en Suisse. Il a pris pour exemple les reproches «dénués d'objectivité» sur l'aide suisse à la Thaïlande après le tsunami (2004). Il a estimé que «85% de ces critiques sont infondées».

Walter Fust a précisé qu'il n'avait jamais été question de construire 300 maisons pour des pêcheurs thaïlandais frappés par le drame. La Suisse a souhaité aider près de 280 familles. L'école a bien été construite, mais était vide lors du passage des journalistes, car «les enfants étaient en vacances», a-t-il conclu. / ats