Racisme: un site pour dénoncer les propos haineux sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux permettent à tout un chacun de s'exprimer aisément sur la scène publique. Toujours dans un flou juridique, cette sphère virtuelle foisonne de propos racistes. La Licra-Suisse lance un site internet pour dénoncer ces propos haineux, et ainsi responsabiliser leurs auteurs.

26 oct. 2017, 16:01
/ Màj. le 26 oct. 2017 à 19:00
Les réseaux sociaux recueillent des propos haineux.

La Licra-Suisse a lancé jeudi le site caniveau.ch pour dénoncer les propos racistes et antisémites sur internet. Un film accompagne la mise en place de ce nouveau service.

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra)-Suisse propose une réponse pragmatique face à la déferlante de haine raciste et antisémite sur les réseaux sociaux, indique-t-elle jeudi dans un communiqué. Constatant que les procédures pénales sont longues et parfois incertaines, il est urgent de dénoncer publiquement les propos inacceptables tenus par certains en ligne.

En reprenant le concept anglo-saxon du "name and shame", la Licra-Suisse lance ce site de veille, accompagné d'une page Facebook. Les internautes qui découvrent des propos publics racistes ou antisémites sont invités à les annoncer par courriel à info@caniveau.ch.

Responsabiliser les auteurs

Les cas répondant aux critères d’incitation à la haine seront publiés, avec le nom de leurs auteurs. "Ce n'est pas de la dénonciation, mais de la mise en exergue de ce que les gens mettent sur internet. Il faut les responsabiliser", a déclaré à l'ats Philippe Kenel, président de la Licra-Suisse.

Le projet a été lancé ce printemps. Dans l'esprit de "balance ton porc", c'est un moyen parmi d'autres de lutter contre les propos racistes et antisémites qui se malheureusement se multiplient sur la toile, a-t-il ajouté.

Un film réalisé avec quatorze migrants servira à promouvoir ce nouveau service et à dénoncer, avec des images et des textes forts, les dérives des réseaux sociaux. La Licra-Suisse a présenté ce service de veille et les acteurs du film jeudi soir au D! Club à Lausanne.