Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L’extension des horairesdes magasins est combattue

Le syndicat Unia dénonce les effets d’un futur changement de loi sur les heures d’ouverture censée sauver les emplois du secteur.

26 févr. 2016, 00:16
ZUM THEMA LADENOEFFNUNGSZEITEN IN DER FRUEHJAHRSSESSION DER EIDGENOESSISCHEN RAETE VOM MONTAG, 29. FEBRUAR BIS ZUM FREITAG, 18. MAERZ 2016, STELLEN WIR IHNEN FOLGENDES BILDMATERIAL ZUR VERFUEGUNG - Kunden taetigen am Sonntag, 13. November 2005, in der Ladenpassage Shop Ville unter dem Zuercher Hauptbahnhof in der Migros ihre Einkaeufe. (KEYSTONE/Gaetan Bally) SCHWEIZ FRUEHLINGSSESSION 2016 VORSCHAU

«Vivez notre vie pour vous rendre compte de nos conditions de travail. Ces nouveaux horaires changent notre vie familiale.» Hier à Berne, Unia avait convié plusieurs vendeurs et vendeuses – à l’instar de Lucas, 31 ans – à venir témoigner de leurs conditions de travail et des transformations qui ont cours dans le commerce de détail depuis plusieurs années. But du syndicat? Dénoncer le projet de nouvelle loi sur les heures d’ouverture des magasins (LOMag), dont débattra le Conseil national ce lundi.

Sondage à l’appui, Unia affirme que 96% des 2500 personnes sondées se sont déclarées opposées à la nouvelle LOMag. Celle-ci prévoit de permettre l’ouverture des magasins de 6 à 20 heures du lundi au vendredi et jusqu’à 18 le samedi. Si une petite partie des sondés seraient prêts à commencer plus tôt le matin (12,5% pour le samedi et 27,5% en semaine), l’écrasante majorité refuserait de finir plus...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias