Les Verts soutiennent la candidature de Regula Rytz au Conseil fédéral

La présidente des Verts Regula Rytz avait annoncé jeudi sa candidature au Conseil fédéral. Le groupe parlementaire des Verts a décidé de la soutenir et ne présente qu’une seule candidate.

22 nov. 2019, 16:28
La Bernoise Regula Rytz tentera de se faire élire au gouvernement le 11 décembre.

Le groupe des Verts soutient à l’unanimité la candidature de Regula Rytz au Conseil fédéral. Il ne proposera pas d’autre personne, a annoncé vendredi le chef du groupe Balthasar Glättli (ZH).

A lire aussi : Regula Rytz, la présidente des Verts suisses, est candidate au Conseil fédéral

Agée de 57 ans, Mme Rytz est la meilleure candidate. «On peut lui faire confiance. C’est une bâtisseuse de pont», a ajouté le Zurichois. Elle connaît le Palais fédéral comme sa poche et a une solide expérience gouvernementale acquise au sein de l’exécutif de la capitale. Et de poursuivre: «Le 20 octobre a marqué un tournant. Le paysage politique suisse a été bouleversé. Et ces élections doivent avoir des conséquences.»

Il est d’usage d’ouvrir le choix entre plusieurs candidats lorsque des sièges se libèrent au gouvernement, a reconnu M.Glättli. Mais la situation est différente cette fois-ci car tous les conseillers fédéraux en place se représentent. Une candidature claire est le meilleur moyen d’arriver au gouvernement.

Nous attaquons clairement un siège du PLR.
Balthasar Glättli, chef du groupe parlementaire des Verts

Mais, a-t-il averti, les Verts et Mme Rytz ne joueront pas de «petits jeux» pour destituer un ministre PS ou PDC. Le PLR étant le parti le plus surreprésenté avec deux sièges, les écologistes visent un de ses fauteuils. L’élection du Tessinois Ignazio Cassis précédant celle de sa collègue de parti pour des raisons d’ancienneté, Regula Rytz tentera de voler son siège.

 

 

En cas d’échec, il n’est pas certain qu’elle attaquera Karin Keller-Sutter. Mme Rytz l’avait exclu jeudi en invoquant la volonté de ne pas s’opposer à une femme après la vague violette des élections. Le groupe en a discuté, mais il n’a pas encore tranché la question, a annoncé M.Glättli.

Au PLR de choisir

Le groupe préfère attendre de voir comment la discussion va évoluer et renvoie la balle au PLR. Si les Verts volaient le premier siège, les libéraux-radicaux pourraient proposer Ignazio Cassis pour le siège de Mme Keller-Sutter ou donner à l’Assemblée fédérale le choix entre les deux ministres. A eux d’assumer ensuite la disparition d’un représentant de la Suisse italienne au gouvernement.

A lire aussi : Candidature de Regula Rytz au Conseil fédéral: les partis sont prêts à en parler

Mais selon les Verts, il est temps d’adapter la formule magique en confiant deux sièges aux deux partis les plus forts (UDC et PS) puis un siège aux trois forces qui suivent (PLR, Verts et PDC). Les écologistes rééliront donc les deux ministres UDC, a précisé M.Glättli.

La partie sera difficile pour Regula Rytz, mais sa candidature n’est «pas sans espoir», selon le chef de groupe. Tout dépendra des alliances qui pourront être conclues avec les autres partis. Les tractations vont déjà bon train à trois semaines de l’élection.

Stabilité à assurer

Le président du PS Christian Levrat l’a confirmé à Keystone-ATS. La candidature verte est logique, mais tous les partis doivent viser une situation stable. Pas question que chaque parti coure le risque de perdre un siège à chaque vacance, sinon plus personne ne bougera, a-t-il relevé.

Jeudi déjà, le chef du groupe UDC Thomas Aeschi (UDC/ZG) avait fait savoir qu’il n’est pas hostile à la présence d’une Verte, mais il estime que le PS est surreprésenté au même titre que le PLR et verrait d’un bon oeil le départ de Simonetta Sommaruga. Le profil très à gauche de Mme Rytz dérange du côté des Vert’libéraux. La plupart des groupes planchent sur le sujet vendredi. Le PDC doit le faire samedi.