Les ULM pourront voler dès la mi-juillet dans le ciel suisse

Le Conseil fédéral va autoriser dès la mi-juillet l'accès au ciel suisse aux avions ultra-légers motorisés.
07 août 2015, 15:33
Deux ULM (ultralegers motorises) volent avec des instruments scientique a bord dans le cadre de vol d'observation de la couche superieure du lac dans l'embouchure de la Venoge ce lundi 13 mai 2013 au large de l'Ecole Polytechnique Federale de Lausanne, EPFL, a Preverenges, Vaud. Deux ULM survolent des lundi le lac Leman pour analyser ses eaux dans le cadre du second volet du programme scientifique d'exploration des eaux lemaniques elemo. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Les avions ultra-légers motorisés (ULM) pourront sillonner le ciel suisse dès la mi-juillet. Le Conseil fédéral a fixé mercredi la date de la levée partielle de l'interdiction de ces engins, vieille de trente ans. Les appareils Ecolight peuvent déjà voler depuis 2005.

Le Conseil fédéral avait annoncé l'autonome dernier son intention d'assouplir l'interdiction des ULM en vigueur depuis 1984. Désormais, outre les avions Ecolight, les avions à propulsion électrique dotés de gouvernes aérodynamiques de même que les deltaplanes ou parapentes équipés d'un moteur électrique seront admis.

Les avions ultra-légers motorisés nouvellement certifiés devront obligatoirement décoller ou atterrir sur des aérodromes. Contrairement à ce qui se passe pour les avions Ecolight, l'accès aux aéroports de Zurich et de Genève leur sera toutefois interdit. Les atterrissages en campagne d'avions, et désormais de planeurs de pente à propulsion électrique, requièrent une autorisation ad hoc.

Aucune norme suisse ne sera définie pour la certification des ULM, les exigences de certification étrangères en la matière s'appliqueront.

L'autorisation des ULM à propulsion électrique devrait stimuler l'innovation, estime l'Office fédéral de l'aviation civile. Pour lui, les nouvelles réglementations garantissent que les nouveaux appareils volants seront exploités en toute sécurité et que l'impact sur l'environnement restera supportable.