Réservé aux abonnés

Les petits paysans réclament leur part du gâteau

Les petits paysans suisses veulent limiter les paiements directs touchés par les grands domaines. Ils appellent à une redistribution des aides de la Confédération.

03 févr. 2016, 00:58
ZUR FORDERUNG DER KLEINBAUERN-VEREINIGUNG BEZUEGLICH  EINER OBERGRENZE FUER DIREKTZAHLUNGEN AN SCHWEIZER BAUERN STELLEN WIR IHNEN AM DIENSTAG, 2. FEBRUAR 2016, FOLGENDES ARCHIVBILD ZUR VERFUEGUNG - Ein Bauer bringt einen "Nachzuegler" zur traditionellen "Schafteilet", an welcher Schafe nach dem Alpsommer auf ihre Besitzer aufgeteilt werden, aufgenommen am Donnerstag, 17. September 2015, in Vals. (KEYSTONE/Gian Ehrenzeller).

A man drives a sheep towards the traditional "Schafteilet", where sheep will be split to their owners after a summer on the alp, on Thursday, September 17, 2015, in Vals, canton of Grisons, eastern Switzerland. (KEYSTONE/Gian Ehrenzeller) SCHWEIZ LANDWIRTSCHAFT DIREKTZAHLUNGEN

S’il y a un lobby qui a fait du bruit ces derniers mois, c’est bien celui des paysans. Conférences de presse, communications et même manifestation en nombre dans les rues de Berne: tous les moyens étaient bons pour protester contre les coupes prévues par le Conseil fédéral dans le budget 2016.

Bien leur en a pris, puisque le Parlement leur a finalement épargné ces mesures d’économie. Et ce en invoquant entre autres la nécessité d’accorder une aide décente aux familles paysannes.

Ce qu’on a moins entendu, c’est que certaines exploitations se portent plutôt bien. En 2014, plus de 1300 d’entre elle...