Réservé aux abonnés

Les pèlerines font de la résistance

Le Parlement veut aller vers l’interdiction de vente des fourrures.
06 oct. 2017, 00:17
Interessierte Kaeufer begutachten am Samstag, 11. Februar 2006, in Thun die Trophaeen, welche Jaeger am Pelz- und Fellmarkt feilbieten. (KEYSTONE/Yoshiko Kusano) SCHWEIZ PELZ- UND FELLMARKT

Le postulat approuvé par le Conseil des Etats en mars 2015 laissait peu d’espace à l’incertitude: «Le Conseil fédéral est chargé d’examiner des solutions susceptibles de (…) mettre un terme à l’importation et à la vente de produits de la pelleterie provenant d’animaux ayant subi de mauvais traitements.» En clair, le gouvernement devait se pencher sur l’interdiction de la commercialisation des vêtements, et autres articles, à base de fourrures animales.

Or, deux ans et demi plus tard, le statu quo prédomine. Aucune nouvelle piste législative n’a été présentée. Et les défenseurs de la c...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois