Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les géants de Sölden annulés

La Coupe du monde ne reprendra pas ce week-end en Autriche. Pluie et températures douces Les géants dames et messieurs qui devaient se dérouler ce week-end sur le glacier de Sölden ont été annulés en raison de la pluie et des températures élevées, qui ont endommagé la piste. Ces courses ne seront pas remplacées.

25 oct. 2006, 12:00

Il a plu jusqu'à 3200 m d'altitude et le mercure est monté jusqu'à 9 degrés sur le glacier de Rettenbach (3249 m). L'annulation s'imposait, car les prévisions pour les prochains jours ne sont pas favorables. C'est la première fois qu'une telle mesure doit être prise à Sölden, qui accueille l'ouverture de la Coupe du monde depuis 1993.

La déception de Cuche

Les équipes de Suisse dames et messieurs resteront deux ou trois jours dans le Pitztal voisin pour s'entraîner. La première étape du circuit sera Levi, en Finlande, avec des slaloms dames et messieurs les 11 et 12 novembre. La tournée américaine débutera avec la descente et le super-G masculins de Lake Louise (Can, 25-26 novembre).

Joint alors qu'il se rendait dans le Pitztal en provenance de l'usine Head de Bregenz - où il était allé peaufiner les réglages de ses chaussures -, Didier Cuche ne cachait pas une certaine déception. «Sölden est un rendez-vous que beaucoup de monde attend, où l'on prend la température de son état de forme, où l'on arrive un poil nerveux, curieux de voir ce que cela va donner... Et là, on ne verra rien! Ce que je sais, c'est que j'ai fait du bon boulot jusqu'à présent et que je ne suis pas loin de la vérité avec mon matériel.»

Cette annulation ne «change pas grand-chose». La saison du Neuchâtelois - qui s'envolera entre le 6 et le 8 novembre - commencera à la fin du mois à Lake Louise. Et en descente. «C'est peut-être le seul point positif. Je sais davantage où je me situe en descente, par rapport notamment à Marco Büchel, qui a très bien marché la saison dernière. En géant, on est tous plus loin dans l'équipe et j'avais forcément moins de repères dans cette discipline.»

Autre avantage: la saison débutera alors pour de vrai, sans la fameuse pause forcée entre l'Autriche et l'Amérique. «Il y aura une descente le samedi et un super-G le dimanche. Quoi qu'il arrive, il faudra enchaîner les deux courses, avec encore les deux descentes et le géant de Beaver Creek dès le jeudi suivant... On n'aura pas le temps de gamberger ni de se prendre la tête! Alors que quand je ratais Sölden, j'avais vite tendance à remettre beaucoup de choses en question lors des longues semaines qui suivaient...» / PTU-si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias