Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Les exploitants de centrales devraient payer davantage

Des experts critiquent les contributions pour le démantèlement des centrales et la gestion des déchets.

09 mai 2017, 01:23
ARCHIV -- Faesser mit radioaktivem Inhalt liegen am Mittwoch, den 26. April 2000, sorgfaeltig aufeinandergestapelt vor den Gebaeuden des Zwischenlagers Wuerenlingen (Zwilag). Die Standortwahl fuer ein Endlager fuer radioaktive Abfaelle soll in drei Schritten erfolgen. Dies sieht der Entwurf des Konzeptteils des ÑSachplans Geologische Tiefenlagerì vor, der am Mittwoch, 15. Maerz 2006, vom Bundesamt fuer Energie BFE vorgestellt worden ist. In einem ersten Schritt muss die Nationale Genossenschaft fuer die Lagerung radioaktiver Abfaelle, Nagra, die Aufnahme potenzieller Standortregionen im Sachplan beantragen. In einem zweiten Schritt muss die sie mindestens je zwei potenzielle Standorte fuer schwach- und mittelaktive sowie fuer hochradioaktive Abfaelle vorschlagen. Schliesslich muss die sie in einer dritten Etappe je einen Standort fuer schwach- und mittelaktive sowie fuer hochradioaktive Abfaelle vorschlagen. Sie darf aber auch einen einzigen Standort fuer alle Arten von radioaktivem Ab

Le futur démantèlement des réacteurs nucléaires et l’enfouissement durable de leurs déchets coûtera plus de 22 milliards de francs; davantage qu’on ne l’imaginait il y a six ans. Et pourtant, par rapport aux années précédentes, les exploitants devraient verser dès cette année trois fois moins d’argent dans les fonds de désaffectation et de gestion des déchets radioactifs, a annoncé, en décembre, la commission en charge de ces deux fonds (Stenfo). La facture globale pour Axpo, Alpiq et Cie devrait s’élever à 361 millions de francs entre 2017 et 2021, contre un peu plus d’un milliard entre 2012 et 2016.

«Inacceptable! Cela ne respecte pas le principe du pollueur-payeur, ni le principe de précaution. Les contributions des exploitants devraient au minimum être aussi hautes qu’en 2015 et 2016», fustigeait, hier, Kaspar Müller, économiste indépendant, devant les médias à Berne. Si les conclusions de la Stenfo avaient déjà suscité quelques réactions indignées...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias