Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les anti et les pro-Blocher ont rendez-vous à Berne

07 oct. 2007, 12:00

A deux semaines des fédérales, la bergerie bernoise fera le plein avec les frères ennemis de la politique suisse pour un grand raout anti et pro-Blocher. Pour l'UDC, c'est l'occasion de montrer sa force et de soutenir son héros. Ses partisans, habillés aux couleurs de la Suisse, défileront derrière le bouc Zottel, la mascotte du parti. Les conseillers fédéraux UDC Blocher et Schmid harangueront leurs sympathisants.

Yvan Perrin, conseiller national UDC neuchâtelois et vice-président du parti national: «Nous voulons convaincre les abstentionnistes d'aller voter et chercher les dernières voix.» Au même moment, les milieux de gauche donneront de la voix avec des masques de mouton sur la tête, histoire de couper l'herbe sous les sabots de l'UDC. Ils organisent un festival sous le signe de l'ouverture, avec de la musique reggae, des discours politiques et des herbes de toutes sortes. Dinu Gautier, co-organisateur de la contre-manifestation: «L'UDC n'est pas la bienvenue à Berne. C'est un parti raciste et comme aucune formation politique ne veut s'opposer à lui, nous entrons en résistance. Ni les socialistes, ni les Verts ne participent à notre manifestation. Ils ne veulent pas se mouiller.»

Deux mondes que tout oppose ont rendez-vous dans la capitale fédérale sous le regard des polices locale et cantonale bernoises. Depuis une semaine, elles étudient les meilleurs plans pour éviter que la ville ne devienne un champ de bataille. Mission compliquée encore par le fait qu'une kyrielle d'événements sont prévus. Et la manif des anti-UDC n'est que tolérée par les autorités.

En clair? «Elle n'a pas reçu d'autorisation», répond Franz Märki, porte-parole de la police locale bernoise. «Nous ne souhaitons pas que des groupes adverses défilent le même jour à Berne. Il y a trop de risques de violence.» Bref: les policiers bernois ne savent plus à quel mouton se vouer.

Officiellement, les organisateurs des deux manifestations promettent qu'ils sauront tenir leurs troupes. Yvan Perrin: «Nous avons un service d'ordre interne et nous ne répondrons pas aux provocations.» Mais voilà, les extrémistes des deux bords seront de la partie. Sur internet, les plans de bataille circulent déjà et les coups pleuvent.

Le mouvement d'extrême droite Blood and Honour a lancé un appel à la mobilisation pour ne pas laisser la ville aux gauchistes. Ces derniers ont piraté la TV de Blocher en tournant le politicien en bourrique. Le Black block, groupuscule d'extrême gauche, a fait savoir qu'il ne manquera pas le rendez-vous bernois.

«Que ces gens restent chez eux. Nous n'avons pas besoin d'eux», insiste Yvan Perrin. Même discours de la part de Dinu Gautier: «Nous sommes sûrs qu'il ne se passera rien sur la place de la cathédrale. Ailleurs dans la ville, ce n'est pas de notre ressort.»

sId Ahmed Hammouche et Patrick Vallélian /La Liberté

Votre publicité ici avec IMPACT_medias