Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le Valais a connu une histoire économique mouvementée

05 oct. 2011, 09:30

L'économie valaisanne incarne le tiraillement entre tradition et modernité. En un demi-siècle, le canton a connu une histoire économique mouvementée que détaille une étude de Crédit Suisse rendue publique hier.

«Il n'est guère d'autre canton où la coexistence pacifique entre valeurs traditionnelles et progrès est aussi marquée», écrit la banque. Même si les combats de reines attirent des milliers de spectateurs, le Valais a depuis longtemps fait son entrée dans un futur emprunt de modernité.

La banque, qui fête son demi-siècle de présence en Valais, a ausculté l'histoire économique du canton durant cette période. Elle met en évidence les défis qui attendent le Valais, essentiellement liés au tourisme et à l'eau.

Gérer le tourisme

La forte proportion de résidences secondaires, qui dépasse 80% dans certaines communes, recèle autant d'opportunités que de risques, analyse Crédit Suisse. La politique relative aux résidences secondaires devra répondre non seulement aux exigences économiques mais aussi à des considérations sociales et environnementales.

Mine d'or, le tourisme s'est fortement développé dans les années 1960-1970 avec la popularisation des sports d'hiver. Il a contribué à ralentir, voire stopper, le dépeuplement des vallées. Il représente actuellement quelque 30 000 emplois, soit plus du quart des salariés valaisans.

«Mais le tourisme, ainsi que le secteur de la construction qui lui est intimement lié, est fortement dépendant de la conjoncture», note encore la banque. La faible création de valeur ajoutée de ces deux branches fait partie des défis à relever.

La problématique hydraulique constitue un autre gros dossier qui influencera l'avenir économique du canton.

La manne de l'eau

Avec ses 50 centrales, le Valais fournit 30% de l'énergie hydraulique suisse. Mais 80% des capacités de production électrique du canton sont en mains extra-cantonales.

Une partie significative de la valeur ajoutée quitte le canton. Le retour, échelonné sur un demi-siècle, des concessions octroyées pour les eaux est une opportunité pour le Valais de générer une partie supplémentaire de cette valeur ajoutée à l'intérieur de ses frontières.

Les montants en jeu se chiffrent à plusieurs milliards de francs.

Pour la banque, il incombe au pouvoir politique de garantir une utilisation responsable et durable de ces sommes. La difficulté sera de résoudre le problème de la répartition inégale entre les communes propriétaires des eaux.

Industrialisation tardive

L'étude présente un canton qui a su, en 50 ans, prendre le virage de la modernité. Le Valais a commencé son industrialisation très tard par rapport au reste de la Suisse. Le canton est encore actuellement plus industrialisé que la moyenne nationale.

Depuis 1960, le Valais a connu un changement structurel qualifié de significatif. La structure des branches était alors équilibrée. L'agriculture occupait 26% des salariés, l'industrie 44% et les services 30%.

Un demi-siècle plus tard, la part de l'emploi dans le secteur primaire se monte à 5%, l'industrie occupe 30% des actifs et le secteur tertiaire 65%. Les principaux secteurs d'occupation que sont le tourisme et la construction rendent l'économie cantonale fortement dépendante de la conjoncture.

Le taux de chômage est un peu plus élevé qu'en moyenne nationale. Il évolue au même rythme qu'en Suisse mais les pics sont plus marqués en période de crise. L'emploi subit aussi des variations saisonnières importantes et fortement dépendant de la conjoncture. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias