Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le premier label décerné au CSEM

07 déc. 2007, 12:00

A la pointe de l'innovation technologique, le Centre suisse d'électronique et de microtechnique s'était distingué comme pionnier de la politique familiale en ouvrant, début 2003, la crèche Les Tournesols, devenue financièrement autonome depuis. Mais le CSEM sort une nouvelle fois du lot, en se voyant décerner le label «equal salary», attestant l'équité de la politique salariale entre les femmes et les hommes.

Le directeur général Thomas Hinderling souligne que «le CSEM a toujours œuvré pour la valorisation sans discrimination de ses collaboratrices et collaborateurs, afin de leur assurer l'égalité professionnelle à tous les niveaux et notamment salarial». Le personnel du centre compte 24% de femmes.

Pendant des normes qualitatives ISO, le label a été développé par Véronique Goy Veenhuys en collaboration avec le professeur Yves Flückiger, directeur de l'Observatoire universitaire de l'emploi à Genève. Ce dernier est l'auteur d'une mesure d'évaluation salariale scientifique qui a été retenue par le Tribunal fédéral dans un arrêt rendu en décembre 2003.

Encore en phase pilote, la certification se poursuit avec une demi-douzaine d'entreprises candidates, dont la Ville de Fribourg et le CICR. Le CSEM est le premier à décrocher le label, au terme d'une procédure de deux ans comprenant des entretiens confidentiels avec le personnel. Instaurer de nouvelles normes, quelles qu'elles soient, a un coût. «Mais leur impact est excellent pour l'entreprise», relève Anne-Marie Van Rampey, directrice RH. «Notamment lorsqu'il s'agit de recruter des talents par temps de pénurie...» /bre

Votre publicité ici avec IMPACT_medias