Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le Parti démocrate-chrétien ne soutiendra pas Christoph Blocher

Le Parti démocrate-chrétien ne soutiendra pas Christoph Blocher. Il visera un siège radical quand il se libérera. Mais en renonçant à une candidature de combat, il rend sa réélection inévitable. La Suisse aura un nouveau gouvernement aujourd'hui. Ce sera sans doute le même que le précédent. Les 246 membres des deux chambres réunies en Assemblé fédérale éliront un à un les sept membres du Conseil fédéral, conformément à l'ordre d'ancienneté. Ils choisiront aussi un nouveau chancelier. Enfin les parlementaires désigneront le président et le vice-président pour 2008. Depuis hier, tout chambardement semble - sauf surprise - exclu. Petite revue des troupes avant un affrontement qui devrait rester essentiellement virtuel.

12 déc. 2007, 12:00
Parti démocrate chrétien

Alliés: Verts libéraux, Parti populaire évangélique

Nombre de voix à l'Assemblée fédérale: 52

Après avoir fait durer le suspense tout le week-end, le PDC a finalement baissé pavillon hier après-midi. «Nous réclamerons le deuxième siège correspondant à notre rôle de second groupe parlementaire avec celui des socialistes, mais seulement lors de la prochaine vacance au Conseil fédéral», a annoncé hier soir Urs Schwaller, le président du groupe. Le groupe soutiendra tous les candidats sortants. Seul Christoph Blocher «n'a pas trouvé de majorité». Le PDC et ses alliés confirment toutefois que l'UDC a droit à deux sièges. Par conséquent, il ne soutiendra pas la candidature du Vert Luc Recordon contre Christoph Blocher. En prenant ces décisions, le groupe PDC /Verts libéraux /Evangéliques assurent la reconduction du Conseil fédéral sortant. La gauche aurait pu les rançonner sur tous les dossiers durant cette législature. Les anti-blochériens viscéraux du PDC, dont Christophe Darbellay, semblaient toutefois hier soir encore vouloir prendre langue avec les socialistes pour se mettre d'accord sur le nom d'un UDC qui pourrait servir à éjecter Christoph Blocher.

Parti radical démocratique

Alliés: Parti libéral suisse

Nombre de voix à l'Assemblée fédérale: 47

Les radicaux et les libéraux n'ont jamais remis fondamentalement en question la présence de Christoph Blocher au Conseil fédéral, en dépit de quelques voix dissidentes lors de la législature précédente. Après la perte de cinq sièges lors des récentes élections, le PRD a encore moins intérêt de faire des vagues, ceci d'autant plus que le PDC a clairement annoncé la couleur: dès que Pascal Couchepin libérera son siège, le PDC se lancera à sa conquête. S'il veut conserver la moindre possibilité de le sauvegarder, les radicaux ont tout intérêt à se concilier les bonnes grâces de l'UDC.

Les Verts

Alliés: Parti chrétien social, Parti du travail

Nombre de voix à l'Assemblée fédérale: 24

Les Verts ont choisi de présenter le conseiller aux Etats vaudois Luc Recordon contre Christoph Blocher. C'est une façon de démontrer leur opposition fondamentale à la ligne de Christoph Blocher toute en affichant leurs ambitions gouvernementales à long terme. Mais en choisissant d'attaquer Christoph Blocher, les Verts réussiront surtout à discipliner le camp bourgeois. Le tribun zurichois pourrait donc être bien mieux élu que prévu. En l'absence de cette candidature, il y aurait peut-être eu plus de parlementaires centristes qui auraient pu glisser un bulletin blanc dans l'urne dans l'espoir de minimiser le succès de Christoph Blocher. De plus, Luc Recordon n'est même pas certain de rallier une majorité de socialistes. La nouvelle assurance des Verts suscite en effet quelques irritations au PS.

Le Parti socialiste suisse

Nombre de voix à l'Assemblée fédérale: 52

Le PS a d'un côté admis que l'UDC a droit à une représentation adéquate au gouvernement. Mais il a toujours clairement dit qu'il n'élira pas Blocher. Depuis que le PDC a renoncé de présenter une candidature de combat, les options du PS se sont considérablement réduites, Une partie du groupe soutiendra certainement Luc Recordon.

L'Union démocratique du centre

Allié: La Lega, Union démocratique fédérale

Nombre de voix à l'assemblée fédérale: 71

«Ils sont nerveux au sein de l'UDC», assurait lundi un connaisseur. C'est typique pour l'UDC: même lorsque les choses semblent plutôt prometteuses, sa direction se prépare toujours au pire. Il est clair que toute la panoplie des mesures de rétorsion est déjà prête et que si Blocher devait être évincé, il se représenterait immédiatement contre un des sortants suivants, soit Hans-Rudolf Merz ou Doris Leuthard. Si cela devait échouer, l'UDC prendrait le chemin de l'opposition. Mais depuis que le PDC est rentré dans le rang, l'état de préparation aura considérablement baissé au sein de l'UDC. Le seul affront pour lequel ils n'ont pas de réponse adéquate, c'est dans l'éventualité d'une non-élection de Christoph Blocher à la vice-présidence du Conseil fédéral. Mais si le monde politique devait en fin de compte se venger si petitement des avanies subies, il ne sortirait pas grandi de l'épreuve. / ERE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias