Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Le moratoire sur la 5G demandée par Neuchâtel est mal parti

La commission des transports et des télécommunications du Conseil des Etats a rejeté mardi 11 mai l’initiative cantonale déposée par Neuchâtel en faveur d’un moratoire sur l’implantation des réseaux 5G millimétriques. Jura et Genève avaient déposé des initiatives similaires également rejetées.

12 mai 2021, 17:25
Une antenne 5G classique. Pour la future 5G millimétrique, le nombre d'antennes sera plus important.

Pas question de décréter un moratoire au niveau national sur l’implantation des réseaux de téléphonie mobile 5G millimétriques. La commission des transports et des télécommunications du Conseil des Etats (CTT-E) a rejeté mardi 11 mai trois initiatives cantonales, déposées par Neuchâtel, le Jura et Genève, qui demandaient un tel moratoire.

La commission a décidé de déposer un postulat visant à garantir une information adéquate à la population. L’octroi des fréquences devra en outre tenir compte des recherches sur les répercussions des ondes millimétriques sur la santé et l’environnement.

La 5G millimétrique est le système de téléphonie mobile qui devrait succéder à la 5G actuelle, en cours de déploiement. Les ondes millimétriques permettent d’augmenter sensiblement le débit au détriment de la portée, ce qui entraîne un nombre supérieur d’antennes.

Ces ondes se situent dans la bande de fréquence des 24 GHz, alors que la 5G «classique» utilise la bande des 3,5-3,8...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias