Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«Le minaret, symbole d'un islam impérialiste»

Pour le comité d'initiative, l'interdiction des minarets répond au fait qu'ils sont un symbole de l'impérialisme islamique menaçant l'Occident. Il réclame un moratoire jusqu'au jour du vote. L'initiative populaire contre les minarets est officiellement lancée depuis mardi (voir notre édition du 26 avril). Elle n'a toutefois été présentée qu'hier, par un comité largement issu des rangs de l'UDC. Son principal responsable, le conseiller national zurichois Ulrich Schlüer, s'est défendu de toute attaque contre la liberté de croyance et de culte.

04 mai 2007, 12:00

L'interdiction de construire des minarets près des mosquées en Suisse est d'ailleurs à inscrire, non pas en complément à l'article 15 de la Constitution (liberté de conscience et de croyance), mais à l'article 72. Celui-ci charge les cantons de régler les rapports entre l'Eglise et l'Etat, mais la Confédération peut intervenir si la paix interconfessionnelle est menacée.

En fait, explique Ulrich Schlüer, l'initiative s'attaque aux minarets dans la mesure où ils représentent davantage qu'un symbole religieux: ils ont un caractère politique et une connotation impérialiste. Selon lui, ils expriment la volonté des milieux islamistes d'imposer en Suisse un système légal fondé sur la «charia» (règles de conduite des musulmans).

Le Bernois Christian Waber, député de l'Union démocratique fédérale, va plus loin. L'islam, dit-il, n'est pas seulement une religion «mais surtout une déclaration de guerre, au monde chrétien en particulier». Son collègue UDC valaisan Oskar Freysinger décrit les minarets comme des «phares du djihad» (guerre sainte), tout en les comparant à des «asperges géantes».

Actuellement, seules les mosquées de Genève et de Zurich sont flanquées d'un minaret, sans que celui-ci ne soit utilisé pour l'appel à la prière par un muezzin. Mais des projets existent à Wangen (SO), Langenthal (BE) et Wil (SG), contre lesquels l'UDC se bat. Les parlements de ces cantons ont donné tort à l'UDC mais des recours ont été lancés et sont pendants.

Hier, le comité d'initiative a proposé qu'un moratoire soit décrété sur toute construction de minaret, jusqu'au vote du peuple sur ce texte, pour contrer le phénomène d'«islamisation de la Suisse». Un vote qui ne devrait pas intervenir avant 2009: si l'initiative est déposée en automne 2008, le Parlement aura encore quelques mois pour se prononcer.

Les organes responsables des églises catholiques et protestantes se sont déjà exprimés contre une telle initiative. Les évêques suisses précisent toutefois que la construction de minarets ne doit pas menacer la paix religieuse.

A cet égard, disent-ils, c'est davantage l'activité de certaines moquées qu'il faudrait surveiller. On pense à la récente «reprise en main» de celle de Genève. / FNU (avec l'ATS)

Votre publicité ici avec IMPACT_medias