Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Le drone qui perturbe les Tessinois

Des habitants se plaignent du bruit provoqué par l’engin des gardes-frontière suisses.

02 oct. 2017, 00:11
epa01378418 An unmanned D 124 drone of the Swiss army starts for an inspection flight at the airfield in Emmen near Lucerne, Switzerland, 12 June 2008. Drones are used to control the airspace around the Swiss Euro 2008 soccer stadiums.  EPA/SIGI TISCHLER SWITZERLAND SOCCER EURO 2008 ARMY

«Il nous dérange, c’est vrai, le bruit est fort, surtout quand les fenêtres restent ouvertes à cause de la chaleur.» Employée à la commune de Chiasso, et résidente de Vacallo, une petite bourgade tessinoise de 3000 habitants bordant l’Italie, Maria Bertarelli parle du drone du Corps des gardes-frontière (CGF) suisse, qui patrouille la zone frontalière entre la Suisse et l’Italie la nuit. Plus précisément, il s’agit d’un engin de 200 kilogrammes, muni de puissantes télécaméras, mesurant près de cinq mètres de longueur et capable de voler de 90 à 220 km/heure.

Depuis des mois, des habitants des communes frontalières tessinoises – et italiennes – dénoncent la pollution sonore causée par le drone du CGF, même aux petites heures de la nuit. Devant les médias locaux, des citoyens en colère ont comparé le vacarme à celui d’un avion qui décolle. Des résidents se sont plaints de ne pouvoir dormir la nuit...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias