Le chef de Crissier (VD) Benoît Violier est décédé

Le prestigieux chef de l'Hôtel de Ville de Crissier (VD) est décédé à l'âge de 44 ans. Il s'est donné la mort.

31 janv. 2016, 21:47
/ Màj. le 31 janv. 2016 à 22:50
Benoît Violier pose ici avec son trophée de meilleur restaurant du monde, en décembre 2015.

Le prestigieux chef de l'Hôtel de Ville de Crissier (VD) est décédé dimanche à l'âge de 44 ans. Il s'est donné la mort. Le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis a fait part de sa vive émotion en pensant à la famille du défunt et à tout ce que le cuisinier a apporté au canton.

Dans un communiqué, la police cantonale indique avoir trouvé dimanche en fin d'après-midi à son domicile le corps sans vie de Benoît Violier, né le 22 août 1971. "L'intéressé aurait mis fin à ses jours à l'aide d'une arme à feu".

Une catastrophe

La procureure de service a ouvert une instruction pénale afin de déterminer les circonstances exactes du décès. Les investigations ont été confiées aux inspecteurs de la division criminelle. La famille a demandé à être laissée tranquille afin de pouvoir se recueillir "dans le calme et la paix".

"C'est une catastrophe pour sa famille", a réagi Pascal Broulis, très touché par la nouvelle. Benoît Violier était quelqu'un "de très apprécié. Il s'était naturalisé il y a peu, il avait prêté serment devant nous (le Conseil d'Etat)", s'est souvenu le chef du Département des finances et des relations extérieures.

Un lieu unique

Benoît Violier, c'est aussi "la success story" de l'Hôtel de Ville de Crissier: Girardet, Rochat, Violier, a relevé le ministre en parlant de la gastronomie à son niveau le plus élevé. "Benoît Violier avait encore 20 ans devant lui pour faire des choses extraordinaires, exceptionnelles", a ajouté Pascal Broulis, ému.

Le décès de Benoît Violier, né à Saintes en Charente-Maritime (FR) survient quelques semaines après que son restaurant trois étoiles se soit vu décerner le titre de "meilleur restaurant du monde" selon "La Liste", qui dresse le palmarès de mille tables d'exception.

La joie il y a peu

"C'est fabuleux, c'est exceptionnel pour nous. Ce classement va stimuler encore plus l'équipe", s'était réjoui à la mi-décembre Benoît Violier en apprenant la nouvelle. Il devançait deux restaurants de New York et de Tokyo.

Benoît Violier avait succédé en 2012 à une autre légende de la gastronomie, Philippe Rochat, lui-même décédé en juillet dernier à 61 ans sur son vélo, sport qui était sa passion. Une foule d'un millier de personnes avaient alors rendu hommage au grand chef à la Cathédrale de Lausanne.

Hommage et amitié

La famille, des personnalités, des anonymes avaient tenu à être là pour un dernier salut. Les grandes toques de toute la Suisse étaient présentes, Benoît Violier en tête, qui avait rendu hommage à un maître trop tôt disparu.

"Philippe Rochat avait le palais absolu, il était une étoile de la gastronomie mondiale". Il avait loué son talent à former des gens "avec une générosité sans pareil", avait-il dit, la voix cassée par l'émotion.