Langues étrangères en primaire: les enseignants romands inquiets

Dès cette rentrée, l'anglais sera introduit à l'école primaire en plus de l'allemand dans tous les cantons romands. Les enseignants s'en alarment.

14 août 2012, 13:59
Les attentes quant à l'apprentissage de l'anglais doivent être revues à la baisse selon les professeurs.

L'apprentissage de l'anglais en primaire, en plus de l'allemand, est programé dès cette rentrée dans tous les cantons romands. Les enseignants s'en alarment: des moyens supplémentaires doivent être alloués et les attentes revues à la baisse, sous peine d'"échec programmé".

Le concept des langues tel que le conçoit le Plan d'études romand (PER) suscite un "gros malaise" dans le corps enseignant, a expliqué mardi Georges Pasquier, président du Syndicat des enseignants romands (SER), lors d'une conférence de presse. "On va dans le mur", a-t-il averti.
 
"Les ambitions du PER sont bonnes et nous les partageons", souligne M. Pasquier. Mais elles ne sont simplement pas réalistes dans les conditions actuelles. "Le seul moyen efficace pour apprendre une langue, c'est l'immersion. Prétendre qu'on va apprendre l'anglais et l'allemand aux élèves de la scolarité obligatoire relève du mensonge", poursuit le président du SER.
 
L'enseignement des langues est une question "hypercomplexe", concède Georges Pasquier. Le SER se dit "convaincu qu'on pourrait faire mieux". Le syndicat appelle la Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse Romande et du Tessin (CIIP) à organiser des Etats généraux pour rendre l'enseignement des langues "réaliste et efficace".