La ville de Sion change de visage

La mue de la ville de Sion se poursuit. Après le centre-ville, les quartiers extérieurs subissent de profondes transformations.

21 août 2012, 16:00
57052184

Débutée il y a plusieurs années, la mue de la ville de Sion se poursuit. Après le centre-ville autour de la place de la Planta et la vieille ville, les quartiers extérieurs subissent de profondes transformations.

La transformation de la gare est pratiquement terminée. L'exécutif de la ville porte maintenant les yeux vers le quartier au sud des voies ferrées. Tout cet espace, occupé par de vieux entrepôts et des bâtiments industriels surannés, est en complète mutation, a déclaré mardi le président de Sion Marcel Maurer.

Esthétiquement, cette zone n'est pas particulièrement belle. C'est un atout car il n'y ainsi aucune contrainte architecturale de respect d'un patrimoine bâti, a précisé M. Maurer. La ville souhaiterait y implanter un parking et espère que des commerces et un hôtel, qui manquent cruellement à Sion, s'y installent.

Relier la ville et le Rhône

Le président veut aussi mieux relier la ville au Rhône. En ligne droite, il suffit de quelques minutes à pied pour rejoindre le centre ville et autant pour se rendre au bord du Rhône. Il imagine donc la création de passerelles pour permettre une circulation piétonne au-dessus des voies ferrées et une promenade vers le fleuve où de véritables quais pourraient voir le jour.

On veut aussi se doter d'une vraie salle de concerts et de spectacles. Le remplacement de l'actuelle salle, située à un jet de pierre du centre-ville, doit débuter dans les prochains mois pour être disponible vers 2016. Et même si la ville n'en est pas propriétaire, elle veut développer ce quartier qui n'a pratiquement pas évolué en trois décennies.

En pleine croissance

Sion dénombre actuellement près de 32'000 habitants et ne cesse de se peupler. "Cette croissance n'est pas un objectif politique", explique M. Maurer. Mais l'augmentation montre l'attrait de la ville dont le poids s'étend de plus en plus.

Un projet de campus universitaire entre la HES et une antenne de l'EPFL est à l'étude. Locomotive du projet d'agglomération qui réunit 13 communes voisines, Sion veut miser sur l'amélioration de la mobilité, dans la plaine mais aussi vers les communes du coteau.

La récente fusion avec la commune de Salins renforce encore le rôle du chef-lieu cantonal. "Il s'agit d'un geste politique fort", estime M. Maurer. Sion s'étend désormais jusqu'au pied des pistes de ski et peut devenir un acteur à part entière de l'économie touristique de montagne.