La Suissesse Marguerite Bays va devenir sainte: la canonisation expliquée en cinq points

Pour la deuxième fois dans l’histoire récente de notre pays, une Suissesse va être canonisée ce dimanche au Vatican. Mais comment est-on élevé au rang de saint? On vous explique le processus en cinq points.
09 oct. 2019, 10:44
C'est le pape François qui présidera la cérémonie de canonisation ce dimanche au Vatican. (Archives)

La couturière fribourgeoise Marguerite Bays va être canonisée ce dimanche à Rome par le pape François. On profite de cette occasion pour vous expliquer comment tout cela fonctionne en cinq questions.

A lire aussi : La Fribourgeoise Marguerite Bays canonisée le 13 octobre

La canonisation, ça veut dire quoi?

Être canonisé, ça signifie être déclaré saint par le pape. En gros, l’Eglise catholique estime que la vie de la personne a été marquée d’une perfection chrétienne assez forte pour être donnée en exemple à tous les fidèles et leur «montrer le chemin», explique Europe 1.

Marguerite Bays va devenir la deuxième sainte suisse de l’histoire récente, après la religieuse argovienne Maria Bernarda Bütler canonisée en 2008.

La première étape, c’est quoi?

La personne doit d’abord avoir été béatifiée, c’est-à-dire avoir été désignée par l’église comme «Bienheureux» ou «Bienheureuse». A ce stade, les catholiques ont le droit de lui rendre un culte public. En 1995, Jean-Paul II octroie la béatification à Marguerite Bays grâce à un miracle survenu en mars 1940 lors d’une randonnée en montagne.

Mais alors, c’est quoi la différence avec la canonisation? Pour être déclaré béatifié, un seul miracle suffit, alors qu’il en faut deux pour devenir saint. Sans oublier que le culte d’un bienheureux est local, par exemple un diocèse, alors que le culte d’un sain est universel, selon Le Figaro.

La suite du processus, c’est quoi?

La procédure est longue et complexe, souligne FranceInfo. Concrètement, un groupe de fidèles s’adresse à un prêtre pour qu’il dépose une demande auprès de l’évêque d’un diocèse. Ce dernier analyse toutes les pièces du dossier et formule une requête officielle au Vatican. En cas d’accord, c’est l’heure de l’évaluation des preuves. Et ça, ça peut durer jusqu’à douze ans.

Le dossier de canonisation de Marguerite Bays a été transmis au Vatican en 2014, après quinze années d’instruction. L’étape décisive de la commission médicale a été franchie au printemps 2018.

Les critères, c’est quoi?

Pour devenir saint, il faut remplir trois critères principaux. Il faut déjà être mort depuis au moins 5 ans. La Fribourgeoise est décédée en 1879 et n’avait donc pas de problème de ce côté-là. Il faut avoir une «réputation» de sainteté, c’est-à-dire avoir mené une vie exemplaire et bienfaisante.  Et il faut surtout avoir accompli au moins deux miracles.

En janvier dernier, le Vatican a ainsi reconnu un second miracle de Marguerite Bays: en 1998, le grand-père d’un enfant de deux ans tombé d’un tracteur sous la roue l’invoque et le petit s’en sort sans blessure après quelques jours.

Et l’étape finale, c’est quoi?

C’est la cérémonie de canonisation, présidée par le pape. En général, plusieurs persones sont déclarées saintes lors de la même messe. Celle de Marguerite Bays et de quatre autres «bienheureux» aura lieu ce dimanche 13 octobre à 10 h 15 sur la place Saint-Pierre. Plus de 300 Suisses, dont de nombreux Fribourgeois, sont attendus au Vatican.

En savoir plus : Le site web consacré à Marguerite Bays

par Andy Maître