Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La Suisse prend le grand tétras sous son aile

30 avr. 2008, 12:00

Après le lynx, le loup et l'ours, le grand tétras et le pic mar ont leur «plan». Ces deux oiseaux sont menacés de disparition si leur habitat - forêt de résineux tranquille pour le premier, forêt de chêne pour le second - continue de se réduire comme peau de chagrin.

Le grand tétras, connu pour sa parade nuptiale s'achevant sur un «pop» rappelant l'ouverture d'une bouteille de vin mousseux, a déjà disparu du Tessin et des Alpes vaudoises. Il ne se rencontre plus que dans l'Arc jurassien, les Préalpes et les Grisons. Les effectifs sont estimés à quelque 450 à 500 coqs et autant de poules, a indiqué hier l'Office fédéral de l'environnement (Ofev).

Le recul de la population du coq de bruyère le rend fou: en manque de femelles, les mâles cessent de craindre l'homme et ils leur arrivent de parader devant des skieurs, des promeneurs ou même des voitures en stationnement.

Le grand tétras a besoin de forêts de résineux bien structurées avec un sous-bois riche en arbustes à baies. Il est aussi nécessaire qu'il bénéficie de zones de tranquillité, notamment durant la période nuptiale, pendant que la poule élève ses petits (avril à juin), ainsi que durant la saison froide.

Le pic mar, qui se distingue du pic épeiche par le fait qu'il ne tambourine pas à tout-va sur les arbres, ne compte quant à lui plus qu'environ 500 couples nicheurs. Il habite les forêts de chênes à moins de 800 mètres d'altitude et a besoin de beaucoup d'espace: 50 à 100 hectares pour cinq à dix couples. On le trouve encore dans douze cantons du Plateau et dans le Jura. Les plans d'action prévoient une meilleure coordination entre Confédération, cantons et acteurs impliqués, comme les propriétaires de forêt. L'Ofev entend aussi miser sur les nouvelles conventions de prestations pour la conservation de la diversité naturelle de la forêt suisse.

Pour la période 2008-2011, il a pu se mettre d'accord avec les cantons pour des prestations d'un montant total de 34,6 millions de francs. Des mesures de mise en valeur sur 6300 hectares de forêt favoriseront des animaux rares comme le grand tétras et le pic mar. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias