La Suisse et le Kazakhstan signent des accords commerciaux à Genève

Lundi soir, le président de la Confédération et le président du Kazakhstan se sont réunis à Genève. Les accords commerciaux signés ont porté sur deux points importants.
29 nov. 2021, 21:54
Les deux présidents n'ont pas abordé que des points économiques, ils ont également parlé de la pandémie, les armes à sous-munitions, l'Afghanistan ou la ministérielle de l'OMC.

La Suisse et le Kazakhstan ont signé deux accords commerciaux à Genève. Le président de la Confédération Guy Parmelin a rencontré lundi soir son homologue Kassym-Jomart Tokaïev dont le pays aurait dû présider la ministérielle de l’OMC reportée en raison de la pandémie.

Les accords ont été signés par la secrétaire d’Etat à l’économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch et le ministre kazakh du commerce et de l’intégration Bakhyt Sultanov, a indiqué le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR). Le premier porte sur la réglementation intérieure relative au commerce des services.

Cette question aurait dû donner lieu à un arrangement entre plus de 60 pays, dont la Suisse, en marge de la ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Mais celui-ci devra attendre, après le report, en raison des restrictions liées au variant Omicron, de la réunion qui était prévue dès mardi à Genève.

L’accord avec le Kazakhstan garantira un meilleur accès des prestataires suisses dans ce pays grâce à des procédures d’autorisations facilitées. Il est considéré notamment comme important pour les PME.

Articles en métaux précieux

Avec le second accord, l’accès au Kazakhstan sera facilité pour les articles en métaux précieux de l’industrie horlogère et joaillière suisse. Les importations pourront avoir lieu sans autre contrôle que ceux menés par l’autorité du pays de fabrication.

Dans leur discussion, les deux présidents ont eux salué l’extension des liens entre leurs pays, malgré la pandémie. Outre les relations économiques, ils ont également abordé des questions comme la pandémie, les armes à sous-munitions, l’Afghanistan ou la ministérielle de l’OMC.