Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«La Suisse devrait passer à des prix imposés»

26 juil. 2010, 11:40

«La Suisse devrait passer à moyen terme à un système de prix imposés pour les médicaments», estime le Surveillant des prix Stefan Meierhans. Cela permettrait, selon lui, d'économiser des centaines de millions de francs par année.

Dans ce modèle, contrairement à aujourd'hui, il n'y aurait plus un prix pour chaque médicament. On fixerait uniquement le montant maximal que les caisses-maladie doivent rembourser pour une substance active, propose Monsieur Prix dans un entretien publié par le journal alémanique «Zentralschweiz am Sonntag».

Ce modèle s'inspire d'expériences faites en Allemagne. Le prix imposé y est révisé chaque année sur la base des prix observés sur le marché. Il en résulte ainsi «globalement une sorte de spirale à la baisse»: les prix diminueraient jusqu'à ce qu'un prix minimal correct soit atteint, estime Stefan Meierhans.

Les entreprises pharmaceutiques pourraient décider librement si elles veulent adopter ou non les prix imposés. Le système apporterait malgré tout des incitations à la baisse des prix, car la concurrence serait encouragée. De leur côté, les patients conserveraient la liberté de choix, mais ils devraient payer de leur poche une éventuelle différence par rapport au prix imposé.

Le prix des médicaments a déjà en partie baissé depuis le 1er mars. Le Conseil fédéral promet des économies de 400 millions de francs par an à l'avenir grâce aux mesures alors introduites contre les coûts élevés de la santé. Les prix de 2000 médicaments avaient été examinés en détail et comparés avec ceux pratiqués dans d'autres pays. Pour plusieurs centaines de médicaments, il s'en était suivi une baisse de prix. Mais quelques-uns ont aussi vu leur prix augmenter, a reconnu l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Un examen régulier est prévu tous les trois ans. Aux yeux du surveillant des prix, ce système sera un jour ou l'autre en bout de course. D'où sa proposition d'en changer.

Le marché suisse des médicaments a reculé de 0,7% au premier semestre, atteignant 2,385 milliards de francs en termes de prix de fabrique. Sur l'ensemble de 2010, la branche s'attend à une baisse de 1 à 3%. /ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias