Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

La politique ne souhaite pas intervenir

Malgré une hausse du nombre d'accidents sur des passages pour piétons, le Conseil national ne pense pas que leur sécurisation doive être inscrite dans le programme Via sicura.

20 déc. 2011, 00:01
data_art_5588217

La mort d'un homme samedi à Täuffelen (BE), fauché sur un passage pour piétons avec sa famille, s'est invitée hier après-midi au Conseil national lors du débat sur Via sicura, le programme de sécurité routière du Conseil fédéral.

La loi en discussion charge Confédération, cantons et communes de veiller à ce que les infrastructures routières respectent les normes de sécurité. Après les accidents à répétition des dernières semaines, le socialiste bernois Matthias Aebischer proposait de citer nommément les passages pour piétons parmi les infrastructures à surveiller. La conseillère fédérale Doris Leuthard convient que cette mention n'aurait rien changé dans les faits, sinon qu'elle aurait permis d'exercer une certaine pression sur les propriétaires des routes.

"Une faussse sécurité"

La majorité de droite du Conseil national a cependant rejeté la proposition socialiste, la jugeant superflue. Pour le libéral-radical zurichois Markus Hutter, si l'on veut améliorer la sécurité des piétons, mieux vaudrait réintroduire...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias