Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La lutte paysanne s'organise avec un Neuchâtelois à sa tête

20 oct. 2009, 15:00

Les opposants à l'accord de libre-échange agricole entre la Suisse et l'Union européenne s'organisent pour mieux lutter. Aujourd'hui à Berne, ils ont créé l'Association suisse pour un secteur agroalimentaire fort (ASSAF). Une vingtaine d'organisations en sont déjà membres. Son président est Neuchâtelois. Il s'agit du député UDC Walter Willener.

Se basant sur des calculs de l'Union suisse des paysans (USP), un de ses membres fondateurs, l'ASSAF estime que l'accord de libre-échange diminuerait le revenu agricole en Suisse de 33 à 55%. «Avec à la clé la disparition d'un nombre important d'exploitations agricoles familiales», indique-t-elle dans son dossier de presse.

Pour l'ASSAF, il est temps de mettre un terme au mythe de l'îlot de cherté helvétique. «L'important n'est pas tant le niveau des prix à la consommation que le pouvoir d'achat des consommateurs. Hors, celui-ci est plus élevé en Suisse que chez nos voisins», écrit-elle.

Et d'ajouter que la promesse de baisse des prix que font miroiter les partisans de l'accord risque de se transformer en miroir aux alouettes. Ces dernières années, des efforts ont déjà été consentis par les producteurs, précise l'ASSAF. Mais «alors que les prix à la production ont baissé de 25% entre 1990 et 2006, les prix à la  consommation des denrées alimentaires ont eux augmenté de 10%»,  s'insurge-t-elle. /réd.-ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias