La Landsgemeinde ne sera pas ressuscitée

14 juin 2010, 11:53

La Landsgemeinde ne sera pas réintroduite en Appenzell Rhodes-Extérieures. Les citoyens du canton ont largement rejeté, hier, à 70,29%, une initiative demandant de ressusciter la votation annuelle à main levée. Ils avaient aboli cette tradition en 1997.

Treize ans après, ce scrutin émotionnel a mobilisé: la participation s'est élevée à 44,8% malgré l'absence de scrutin fédéral. La sensation n'a toutefois pas eu lieu. Les Rhodes- Intérieures voisins et Glaris restent ainsi les deux seuls cantons à voter en Landsgemeinde au niveau cantonal.

Ce refus était attendu, même si l'initiative a recueilli des sympathies. Le projet a surtout conquis l'électorat du PLR et du PDC. Les initiants étaient composés de traditionalistes, favorables au retour de l'institution telle qu'elle était pratiquée, et de réformateurs souhaitant sa modernisation.

Les sympathisants de l'UDC et du PS étaient défavorables au projet, tout comme le gouvernement et le parlement. La démographie du canton a atteint, avec ses 36 000 votants, un seuil critique pour organiser un vote à main levée. La grande place de Trogen, qui accueillait la Landsgemeinde jusqu'en 1997, ne peut en outre plus guère accueillir une telle foule.

En renvoyant la Landsgemeinde aux oubliettes, les citoyens ont sans doute enterré définitivement cette tradition aux allures folkloriques. Les citoyens ont en outre refusé hier d'adhérer à HarmoS. Le concordat intercantonal d'harmonisation scolaire a été rejeté à 56,41%. Les Rhodes-Extérieures sont le 7e canton à dire «non» au texte. Six autres - tous alémaniques - en avaient fait autant jusqu'à présent. Ce rejet ne constitue pas non plus une surprise, mais il est tout de même paradoxal: le canton applique aujourd'hui déjà largement les exigences du concordat. /ats