Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

La fusion a une connotation négative

Le PDC et le PBD continuent à flirter, mais il n'est toujours pas question de mariage. Les deux partis se donnent six mois pour réfléchir à leur avenir commun.

06 déc. 2011, 00:01
data_art_5546142

On parle beaucoup du nouveau centre depuis les dernières élections, mais il cherche encore sa voie. Le Parti démocrate chrétien (PDC) et le Parti bourgeois démocratique (PBD) se sont réunis à moult reprises depuis le 23 octobre sans qu'il en résulte autre chose qu'un programme d'intentions.

Les deux formations ont annoncé hier la mise sur pied d'un groupe de travail qui va plancher pendant les six mois à venir sur les différentes formes de collaboration possible. " Tout est ouvert à l'exception d'un groupe parlementaire commun et d'une fusion ", indique le président du PDC Christophe Darbellay. A vrai dire, le Valaisan joue sur les mots. Il précise en effet que la réflexion peut aller jusqu'à la création d'un nouveau parti au centre. Le terme de fusion n'a été rejeté qu'en raison de sa connotation négative.

Un comité de projet a été nommé. Il comprend les conseillers nationaux Gerhard Pfister...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias