La Coordination contre l'antisémitisme épinglée

04 oct. 2008, 04:15

En litige avec le professeur genevois William Ossipow, qu'elle avait accusé d'antisémitisme, la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (Cicad) doit faire amende honorable. Le Tribunal fédéral (TF) confirme un verdict de la Cour de justice genevoise et l'oblige à retirer des articles diffusés sur son site web.

La Cicad n'avait pas apprécié la préface d'un livre sur Israël, signé par William Ossipow, lui-même d'ascendance juive. Dans cet ouvrage intitulé «Israël et l'autre», le professeur avait écrit que «l'identification d'Israël au judaïsme redouble toute activité politique».

Le professeur avait ajouté que «dans le domaine de la politique également, il est peu d'exemples aussi impressionnants d'un Etat qui assume si pleinement la morale des «mains sales». Des propos qui «glissent vers l'antisémitisme», avaient dénoncé la Cicad et l'un de ses membres, qui avait rédigé de virulents articles publiés sur le site internet de l'association.

Saisie d'une plainte du professeur Ossipow, la justice genevoise avait constaté le caractère illicite de ces articles. Un verdict confirmé en dernière instance par le TF, qui considère que le reproche d'antisémitisme à l'égard du professeur genevois est «insoutenable».

Le premier passage critiqué traite de l'enracinement de l'Etat d'Israël dans le judaïsme, souligne le TF avant de récuser l'argument de la Cicad, qui avait pris appui sur les thèses de l'Observatoire européen des phénomènes racistes pour affirmer qu'«est antisémite le propos qui fait porter à la communauté juive dans son ensemble la responsabilité des actes qu'Israël peut commettre».

Pour Mon-Repos, ce passage ne traite nullement des effets des actes d'Israël sur la communauté juive dans son ensemble. Quant au deuxième passage, les recourants ont de manière peu professionnelle cité la déclaration du professeur en la tronquant, constate le TF. Vu l'atteinte à la personnalité portée contre William Ossipow, la Cicad est condamnée à retirer les articles litigieux de son site et à publier le jugement genevois dans la «Revue juive». /ats

La Coordination contre l'antisémitisme épinglée