Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La boue plombe les finances de Paléo mais soude les 230'000 festivaliers

«Paléo pluvieux, Paléo heureux». Par ces mots, le patron du festival Daniel Rossellat, a souligné l'excellente ambiance qui a régné durant six jours, malgré les conditions météo. Les «sourires de 230'000 festivaliers» n'ont cependant pas suffi à remplir les caisses. Le chiffre d'affaires est en baisse de 12%.

24 juil. 2011, 17:12

A l'heure de clore l'édition 2011 et alors qu'Eddy Mitchell et Jamel Debbouze étaient attendus en soirée, Daniel Rossellat a souligné aujourd'hui la «solidarité» dont a fait preuve Paléo cette année. Face aux 62 millimètres de pluie tombés durant la semaine et la boue  omniprésente, «du jamais vu en 35 ans», l'ambiance s'est faite encore plus chaleureuse qu'à l'habitude.

Au niveau artistique, le concert «puissant et précis des Strokes», le «visuel hallucinant» des Chemical Brothers ou la prestation du «grand monsieur» qu'est Robert Plant ont comblé les organisateurs. L'accent mis sur des groupes «plus pointus», a aussi été un succès, souligne encore le programmateur Jacques Monnier. Il salue ainsi la venue de The National, qui a donné «le plus beau concert».

Cette 36e édition a aussi été marquée par l'émotion causée par le décès d'Amy Winehouse hier. Mika, qui lui a dédié son concert, a rendu un hommage «sobre et beau», souligne M. Monnier. «Il a su trouver les mots justes», estime pour sa part Daniel Rossellat. /ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias