L'UDC s'oppose fermement à Fulvio Pelli

02 août 2015, 18:47

Des voix, et pas des moindres, se font entendre à l'UDC pour combattre une candidature de Fulvio Pelli à la succession de Pascal Couchepin. L'idéologue du parti, Christoph Mörgeli, veut convaincre le groupe de choisir un autre candidat PLR ou de présenter un UDC romand.

Pour ce faire, le conseiller national zurichois peut s'appuyer sur son collègue Toni Bortoluzzi. «L'UDC doit faire la différence entre un candidat qui défend les intérêts de la Suisse et un qui défend seulement ses propres intérêts, comme c'est le cas avec Fulvio Pelli», a expliqué Christoph Mörgeli.

Le siège laissé vacant par Pascal Couchepin revient par principe à un PLR romand, estime le Zurichois. Mais si les libéraux-radicaux présentent Fulvio Pelli, un Romand plus à gauche ou un euro-turbo, l'UDC devra réfléchir à une candidature dans ses rangs.

Pour Christoph Mörgeli, le candidat PLR genevois Christian Lüscher pourrait faire l'affaire. Côté UDC, les papables seraient les conseillers nationaux Jean-François Rime et Yvan Perrin ou le conseiller d'Etat vaudois Jean-Claude Mermoud, énumère-t-il. La séance du comité directeur du groupe UDC, mercredi prochain, devrait éclaircir la donne.

Les autres partis s'occuperont de la succession de Pascal Couchepin les 28 et 29 août. Le groupe PDC - PEV - Verts libéraux devrait trancher entre la candidature du conseiller aux Etats fribourgeois Urs Schwaller et celle du conseiller national fribourgeois Dominique de Buman. Un ticket à deux noms semble peu probable.

Le 29 août ou, au plus tard, le 8 septembre, le groupe PLR choisira aussi son ou ses candidats officiels. Quatre Romands sont en lice: les Genevois Christian Lüscher et Martine Brunschwig Graf, le Neuchâtelois Didier Burkhalter et le Vaudois Pascal Broulis. Le président du PLR, le Tessinois Fulvio Pelli, se tient, lui, à disposition si le groupe estime que sa candidature est indispensable pour sauver le siège libéral-radical.

Les arbitres du duel PLR-PDC se réuniront aussi les 28 et 29 août. Les Verts détermineront à ce moment-là s'ils lancent ou non une candidature. Sinon, ils auditionneront les candidats PLR et PDC et choisiront le plus enclin à défendre leur cause.

Les socialistes ont aussi agendé une séance ces deux jours-là, mais rien de concret ne devrait en sortir. Le groupe PS entend convoquer les candidats officiels du PLR et du PDC une fois leurs noms connus. «Mais les auditions ne devraient selon toute vraisemblance pas avoir lieu avant le 15 septembre», soit la veille de l'élection, indique le PS dans un communiqué publié hier, à l'issue d'une séance de son groupe.

Le Parti bourgeois démocrate (PBD) procédera à des auditions le 28 août, déclare son président Hans Grunder. Après quoi, le groupe donnera sa recommandation de vote. /ats

L'UDC s'oppose fermement à Fulvio Pelli