L'UDC présente ses recettes pour mieux aménager le territoire

L'UDC veut mettre un frein à la "dérive" de la centralisation de l'aménagement du territoire.

20 août 2012, 16:15
105985317

Le dirigisme de l'Etat doit céder la place à des solutions pragmatiques, exige l'UDC qui veut mettre un frein à la "dérive" de la centralisation de l'aménagement du territoire. Le parti présente ses recettes dans un document mettant en cause l'immigration excessive.

Les récentes votations prouvent que la population s'inquiète du changement du paysage, a estimé Toni Brunner lundi lors d'une conférence de presse à Berne. Le président de l'Union démocratique du centre a cité l'initiative contre les résidences secondaires et le vote zurichois en faveur des terres agricoles.

Autre bataille en perspective, la révision de la loi sur l'aménagement du territoire, que le Valais et l'Union des arts et métiers veulent combattre par le biais d'un référendum, soutenu par l'UDC. Le parti rejete un pilotage central de l'aménagement du territoire par la Confédération.

Depuis quelques années, on assiste à une tendance rampante à vouloir modifier les compétences des différents acteurs au détriment des cantons, a condamné le conseiller national Guy Parmelin (VD).

Pour faire face aux dérives, à ses yeux, un seul recours: respecter les dispositions constitutionnelles et concéder aux régions un cadre permettant un développement harmonieux. Les décisions concernant l'aménagement du territoire doivent être prises aussi près que possible des milieux touchés.

Trop de migrants

L'UDC met en cause l'immigration comme principal générateur des problèmes croissants en matière de territoire. La venue massive d'étrangers augmente la dispersion de l'habitat; sans mesure de contrôle, la Suisse risque de compter 11 millions de personnes en 2050, a critiqué Toni Brunner. Et d'exiger une stricte limitation des étrangers.

Un moyen de ralentir le mitage du paysage serait de densifier le mode de construction en hauteur et en profondeur. Il faut aussi faire cesser la perte des terres cultivables. Le grignotage continuel des surfaces agricoles est une épée de Damoclès pour le degré d'auto-approvisionnement du pays, a averti Guy Parmelin.

L'UDC veut adapter l'interdiction "excessivement rigide" de déboiser et la protection des eaux pour permettre la création de nouvelles terres arables. En revanche, vouloir limiter la surface habitable par personne est tout simplement inacceptable, a jugé le Vaudois.