Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L'initiative contre l'immigration de masse divise le milieu patronal

Des associations patronales préconisent une clause de sauvegarde, une meilleure utilisation du potentiel indigène et un frein à l'emploi dans le secteur public. L'Usam se distancie.

09 janv. 2015, 00:01
data_art_8740162.jpg

Plusieurs associations patronales suisses proposent une solution à trois piliers pour mettre en oeuvre l'initiative contre l'immigration de masse. Elles préconisent une clause de sauvegarde, une meilleure utilisation du potentiel indigène, mais aussi un frein à l'emploi dans le secteur public.

Onze mois après la votation du 9 février, les conséquences de l'acceptation du texte de l'Union démocratique du centre (UDC) restent floues, a réitéré, hier, Heinz Karrer, président d'Economiesuisse, devant la presse à Zurich. Quant au message du Conseil fédéral, il est attendu dans le courant des prochaines semaines.

Dans ce dossier, il n'existera pas de solutions faciles, ni de résultats rapides. Pour les politiques et l'économie, une chose est claire: la population veut une réduction sensible de l'immigration, a poursuivi le président de la Fédération des entreprises suisses.

Or, le net refus de l'initiative Ecopop, en novembre, a aussi donné un signal fort. "Les quotas rigides et l'abandon...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias