Réservé aux abonnés

L'Etat pris à partie sur les salaires

L'introduction d'un salaire minimum donnerait un nouveau visage au partenariat social. Confrontation Christian Levrat - Jean-François Rime.
07 août 2015, 13:35
data_art_7947827.jpg

Le caractère libéral du droit suisse du travail survivra-t-il à la votation du 18 mai? Le sort réservé par les électeurs à l'initiative syndicale pour un salaire minimum de 4000 francs par mois, soit 22 francs de l'heure, sera déterminant. Pour le président du PS Christian Levrat, l'introduction d'un seuil salarial est indispensable pour assurer des conditions de vie décentes à l'ensemble des travailleurs. Pour le président de l'Union suisse des arts et métiers (Usam) Jean-François Rime, un salaire qui ne tient pas compte des différences entre les branches et les régions ne ferait qu'affaiblir...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois