Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'état des routes nationales jugé bon ou moyen dans 84% des cas

Les 1840,4 km de routes nationales suisses sont globalement en bon état, selon l'OFROU, mais le coût de leur entretien va augmenter avec le vieillissement des chaussées.

28 août 2017, 12:30
Les coûts d'entretien auront tendance à croître à cause du vieillissement des routes.

Le réseau des routes nationales est dans un bon état général et correctement entretenu, selon l'Office fédéral des routes (OFROU), qui a publié son premier rapport. A l'avenir, il faudra cependant augmenter les investissements d'entretien.

Construit surtout entre les années 60 et 80, le réseau des routes nationales a entre 30 et 50 ans, rappelle l'OFROU lundi dans un communiqué. Son rapport se penche sur les chaussées et les revêtements, les ouvrages d'art, les tunnels et les ouvrages souterrains ainsi que les équipements d'exploitation et de sécurité.

L'état des chaussées et revêtements est jugé bon ou moyen dans 84% des cas, suffisant pour 12% d'entre eux, alors que 4% se sont révélés dans un état critique ou mauvais. "Une légère tendance à la dégradation de l'état général moyen est observée, raison pour laquelle il faudra accroître les investissements dans ce secteur à long terme".

Quant aux ouvrages d'art, 86% se trouvent dans un état bon ou acceptable. Environ 12% présentent des dommages et 2% sont en mauvais état, mais leur situation n'est pas alarmante. Là aussi, la Confédération désire investir davantage dans l'entretien.

L'état des tunnels et des ouvrages souterrains est bon ou acceptable dans 85% des cas. Quelque 13% présentent des dommages et 2% sont en mauvais état. Enfin, 54% des équipements d'exploitation et de sécurité (EES) sont en bon état et 46% dans un état acceptable.

Extension du réseau

D'une longueur totale de 1840,4 km, le réseau des routes nationales absorbait environ 42% du trafic routier et 69% du trafic de marchandises en 2015. Ces voies sont donc essentielles à la société et à l'économie, "raison pour laquelle il est indispensable d'en assurer la disponibilité et, partant, de veiller à ce que leur état soit maintenu à un niveau aussi élevé que possible", souligne l'OFROU.

Ce dernier avertit que les coûts d'entretien auront tendance à croître à cause du vieillissement des routes, d'une sollicitation plus forte et de la croissance du réseau, notamment avec la reprise par la Confédération de quelque 400 kilomètres de routes cantonales.

"À l'avenir, l'OFROU utilisera les moyens disponibles de façon encore plus ciblée et efficace, et exploitera mieux la marge de manœuvre offerte par les normes et les standards en matière d'entretien, de manière à maximiser la valeur de chaque franc investi", fait valoir l'office fédéral.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias