Kosovo: le Conseil fédéral souhaite prolonger l’engagement de la Swisscoy jusqu’à fin 2023

Le Conseil fédéral demande que l’engagement de la Swisscoy au Kosovo soit prolongé jusqu’à fin 2023. La situation politique et sécuritaire dans les Balkans occidentaux s’est dégradée ces dernières années.

27 nov. 2019, 15:05
Une des missions principales de la Swisscoy, en plus de son soutien logistique et des transports aériens, consiste à patrouiller avec des équipes de liaison et de surveillance.

La Swisscoy doit rester engagée au Kosovo jusqu’à fin 2023. Le Conseil fédéral demande aussi mercredi au Parlement d’augmenter les effectifs de l’armée au profit de la Kosovo Force multinationale (KFOR).

L’Assemblée fédérale a approuvé l’engagement de la Swisscoy au sein de la KFOR jusqu’au 31 décembre 2020. Elle doit désormais le prolonger. Les prestations suisses ont été adaptées aux besoins de la KFOR. Le contingent est passé de 235 à 190 militaires en avril 2018 puis à 165 depuis octobre 2019. Une partie des moyens a été ramenée en Suisse.

 

A lire aussi : La Suisse apporte une aide à de multiples niveaux au Kosovo

 

Mais la situation politique et sécuritaire dans les Balkans occidentaux s’est dégradée ces dernières années. Une recrudescence des tensions et des incidents se fait sentir entre le Kosovo et la Serbie.

Même si le risque d’un nouveau conflit armé est faible, la présence de la KFOR est nécessaire afin de garantir la stabilité et la sécurité du pays. L’OTAN a renoncé à son projet de réduire de moitié l’effectif de la KFOR.

Lacunes

Dans ce contexte, des lacunes capacitaires sont apparues. Des contributions supplémentaires sont nécessaires notamment dans les domaines de la liberté de mouvement, de la collecte de renseignement et des fonctions d’officiers d’état-major au quartier général. La Swisscoy a déjà contribué à ces tâches.

 

 

Le Conseil fédéral demande un contingent de maximum 195 militaires dès avril 2021. Ce contingent peut être renforcé avec 20 personnes en cas de menace accrue. Ces renforts ne peuvent opérer que durant quatre mois. Cinquante personnes peuvent être engagées pour une durée de huit mois afin d’accomplir des tâches de logistique et de maintenance.

Selon l’augmentation, les dépenses pourraient se monter à environ 41 millions de francs (195 militaires). Les engagements supplémentaires s’élèvent à 9,1 millions (50 personnes) et 1,1 million (20). Le Conseil fédéral peut décider à tout moment de mettre fin à l’engagement de manière anticipée.