Genève: il tue un homme en 2001, sa voiture identifiée en 2014

Un feu rouge, une voiture qui s'arrête à la hauteur d'un autre véhicule. Des coups de feu, un mort. C'était en 2001, à la rue des Jeunes, dans le quartier de la Praille de Genève. Grâce aux caméras de surveillance, aux experts à une reconstitution, le modèle de la voiture du tueur a pu être identifié.
07 août 2015, 13:32
Caméras, experts et la reconstitution du 17 mars ont permis d'établir formellement le modèle de voiture utilisé par le tueur: une BMW série 3 E30 (illustration).

A Genève, l'enquête sur un meurtre commis il y a 13 ans dans le quartier de la Praille est relancée. Lors d'une reconstitution effectuée le 17 mars dernier, la police genevoise a formellement pu identifier le modèle de voiture dans lequel se trouvait le tueur, a indiqué vendredi le Ministère public genevois.

Pour déterminer le type de voiture utilisé par le meurtrier, les policiers disposaient d'images de vidéosurveillance. La qualité de ces images est toutefois assez mauvaise. Il faisait nuit et il pleuvait au moment des faits. Les caméras se trouvaient en outre loin de la scène de crime.

Il a fallu toute l'expertise du groupe technique de recherche de véhicules (GTRV) pour identifier la voiture du suspect. Il s'agit d'une BMW série 3 modèle E30 de couleur gris clair. A l'époque du meurtre, seule une vingtaine de véhicules de ce type se trouvaient en circulation dans le canton de Genève, a noté le Ministère public.

Le fabricant BMW avait en outre livré 1224 véhicules similaires à la Suisse. A ce jour, le canton de Genève ne recense plus de modèle de ce genre encore en circulation, a précisé le Parquet.

Les faits se sont déroulés le 27 juin 2001, peu avant 23h00, sur la route des Jeunes, sur les voies de circulation menant à la Jonction. La victime attendait dans sa voiture à un feu de signalisation. Le tireur, arrivé à bord d'un autre véhicule, s'est arrêté à sa hauteur, l'a abattue, avant de quitter rapidement les lieux.

La victime avait été condamnée dans les années nonante pour des actes de pédophilie.