François Hollande veut se rapprocher du modèle suisse

Le président français François Hollande rencontre ce mercredi à Berne son homologue Simonetta Sommaruga pour une visite d'Etat. Les discussions porteront notamment sur les échanges économiques avec plus précisément, la question fiscale, l'impact du 9 février sur les frontaliers travaillant en Suisse, le contrôle du Rhône ou l'apprentissage.

15 avr. 2015, 07:17
François Hollande est en visite officielle ce mercredi et ce jeudi en Suisse.


Le Conseil fédéral va accueillir le président Hollande sur la Place de la Cathédrale avec les honneurs militaires en début d'après-midi.
Après des allocutions officielles des deux présidents, la visite se poursuivra avec les entretiens officiels au Bernerhof. La journée se terminera dans cet établissement par le traditionnel dîner de gala.

Lors de cette rencontre, la question des frontaliers français (plus de 150'000) travaillant en Suisse et celle des conséquences du vote du 9 février 2014 sur la libre circulation des personnes seront abordées, tout comme le thème des échanges économiques qui profitent aux deux pays.

Promotion commune d'une économie compétitive et écologique

"L'objectif commun de promouvoir une économie qui soit compétitive tout en étant responsable sur les plans social et écologique sera au centre des discussions". La Suisse est un "modèle" en termes d'écologie et se situe à l'"avant-garde", souligne-t-on à Paris. Sans oublier que la France accueillera en décembre prochain la conférence mondiale de l'ONU sur le climat pour laquelle elle nourrit de grandes ambitions.

M. Hollande se rendra ainsi jeudi auprès de l'entreprise Ernst Schweitzer, championne du "clean tech" à Hedingen dans le canton de Zurich, et à l'EPFL. Un échange avec des professeurs et des étudiants au Rolex Learning Center est prévu.

A cette occasion, Bertrand Piccard, actuellement en Chine avec son avion solaire Solar Impulse 2 fera diffuser un message vidéo à l'attention de certains membres du gouvernement français dont Laurent Fabius "avec qui il entretient de très bonnes relations".

Gouvernance du Rhône

La question de la gouvernance du Rhône pourrait aussi être mise sur la table. Les élus français ont déjà manifesté leur préoccupation à ce propos lors de la visite du président du Conseil national, le socialiste valaisan Stéphane Rossini vendredi dernier à Paris.

Le fleuve est utilisé pour le refroidissement de plusieurs centrales nucléaires en amont de la frontière suisse et l'Hexagone craint de ne pas disposer de suffisamment d'eau en cas de forte sécheresse.